Liège, Témoignage, Rue, Harcèlement, Cp4000

Liège, Témoignage

'Mais Bordel quand serons-nous tranquilles ? ', une Liégeoise témoigne à propos du harcèlement de rue

27-05-20 14:49:00

'Mais Bordel quand serons-nous tranquilles ? ', une Liégeoise témoigne à propos du harcèlement de rue

Laura a été victime victime lundi de 4 harcèlements de rue sur à peine quelques centaines de mètres en quittant son kot au centre de la ville de Liège pour emprunter la passerelle et rejoindre la place Cockerill. Cette étudiante de 24 ans a décidé pour la première fois de le dénoncer en publiant son témoignage sur Instagram et sur Facebook. Sa story a très vite suscité de nombreux commentaires. Comme si sa parole libérait celle de bien d’autres femmes victimes quotidiennement des mêmes remarques sexistes et blessantes. Lundi, pour Laura, c’était celles de trop. Ce soir-là, elle voulait juste lire un livre sur un banc le long de la Meuse…

'Le génocide de Srebrenica montre vers quels crimes mènent les idéologies nationalistes' Incendie sur le site d'Umicore à Hoboken Grande échelle des pompiers et drone de la police à Schaerbeek pour un incendie

"Il y a un premier homme, qui était à vélo, qui s’est arrêté pour me dire comme j’étais jolie et qu’il aimerait bien passer la soirée avec moi. Il a ajouté à ses commentaires des bruits diversifiés comme on pourrait appeler un chien en faisant des petits bruits. Son regard et l’interpellation sont porteurs de sens désagréable. Et là, je l’ai regardé simplement en levant les yeux au ciel et en disant non. J’ai continué sur ma route, je voulais juste vraiment trouver un banc. Et puis, j’avais à peine fait 3 pas, qu’un groupe d’une dizaine de mecs ont produit une série de bruits. Et puis, un peu plus loin, il y avait deux hommes qui m’ont remarqué et qui à l’autre mate un peu ce qui passe derrière. L’homme à vélo refait son apparition en insistant et il reste à côté de moi à me regarder avec ses yeux. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de faire demi-tour et de rentrer chez moi. On se sent en désarroi total et désemparé. J’ai eu peur".

Il y a les classiques"elle est bonne celle-là","eh mademoiselle","et si je venais chez toi"… "Il y a les classiques comme"hé mademoiselle","elle est bonne celle-là","c’est quoi ton numéro de téléphone","tu veux que je te raccompagne chez toi","qu’est-ce que tu fais toute seule dans la rue","et si je venais avec toi", etc. Il y en a même à 11 heures du matin quand je pars à mon travail d’étudiant en traversant la rue Cathédrale. Ce ne sont pas que des jeunes. Ce sont aussi des adultes, des ouvriers. Là, c’est la première fois que je l’écrivais vraiment sur les réseaux pour en parler. Je crois que c’est assez violent le contraste entre ma motivation première de lire un livre sur les quais et mon sentiment de colère et désarroi après les quelques interactions que j’avais eues sur quelques centaines de mètres".

Ce ne sont pas que des jeunes. Ce sont aussi des adultes Il n’y a pas que les paroles qui agressent : "c’est vraiment un tout. Les regards sont pesants surtout quand on sent qu’ils sont à ricochet dans une bande et qu’on sent qu’il y a des commentaires qui sont faits. Les bruits sont très"animalisant" parce que ce sont des bruits comme on appellerait un chien, comme un sifflement ou"mmm" comme quand on mange un bon plat de nourriture. Ben, non, ne fais pas"mmm" comme quand tu manges un bon spaghetti ou une bonne frite. Je ne suis pas un plat de nourriture. Je suis quelqu’un qui passe son chemin sur les quais et qui veut se détendre."

Une loi inefficace Depuis 2014, il existe une loi contre le sexisme dans l’espace public. Une loi inefficace ! D’après les derniers chiffres officiels de la police fédérale, à peine 55 cas de harcèlement de rue ont été dénoncés pour l’année 2018 en Belgique. Des chiffres ridiculement bas qui sont loin de la réalité vécue au quotidien par les femmes. "Je ne me vois pas du tout rentrer dans un commissariat alors qu’on sait déjà comment ça se passe quand il y a des femmes qui viennent porter plainte de viol pour aller me plaindre de quelques commentaires parce que finalement, il n’y a pas eu de geste grave. J’ai eu peur mais on ne m’a pas agressé physiquement. Il y a des choses plus graves qui se passent et c’est à cause de ça qu’on intériorise, qu’on encaisse alors qu’on ne devrait pas".

dénoncer pour qu'aucune fille ne se dise encore"ce n'est pas grave" Lire la suite: RTBF info »

Et à Bruxelles la même chose!!! Éduquez vos fils bande de clochards Ah donc sous entendu profils étrangers donc pas besoin de s inquieter du fond du problème, c est juste une fenêtre pour dégueuler votre haine ? Parceque vous pensez sincèrement que les belges, purs et durs, eux ne sont pas concernés ? Putain mais vous fréquentez personne en fait?

LA seule solution est plus de rondes de police en civil.. Dans ce cas précis, de lui demander de faire la même promenade, à la même heure, de la suivre à 15 mètres, avec une tolérance zéro et application de l'amende maximum prévue dans la loi. Trop difficile? GloriaMichiels Et 'bordel', qui fait référence une activité économique où les femmes sont 'consommées' et les hommes consommateurs, est à éviter.

GloriaMichiels Il faut contre-attaquer. Pour le moment, un 'attention j'ai le COVID' vaudrait la peine d'être tenté ... Et sinon, une belle grosse colère (l'attitude de ces personnes prouvent qu'elles croient avoir affaire à une ingénue) pourrait marcher. Avant on appelait cela draguer, maintenant quand ça ne convient pas à certaines,, elle appelle cela du harcèlement, je pense qu'il faut remettre l'église au milieu du village, harcèlement serait plus d'ordre d'incivilite.

Cela n'existe pas. Certaines catégories sociales et/ou ethniques sont coutumières de ce genre de comportement ; chez les premières c’est souvent de la bêtise couplée à un manque d’éducation... chez les secondes c’est « culturel » 🤮💩 harcelement Qu elle ne se plaigne pas à 60 ans on ne la regardera plus.

Pourquoi ne pas dire l'ethnie de ces harceleurs? Je n'aime pas qu'on mette tous les hommes dans le même panier à cause de certains frustrés à cause d'une religion quelle qu'elle soit qui les obligent à faire abstinence. Ils sont frustrés, jaloux et sont juste des animaux... essayons le bordel pour tous et toutes

Police i fait rien 😡 Certainement une bande de Luxembourgeois convertis au taoïsme... Il faut demander à Joe Biden et à Tara Reade ! Bon you ma moi siel... Ces incivilités et harcèlements auraient le mérite d'être enregistrés en mini Cam et pourquoi pas diffusés suri4_brice Jean-Bernard et Charles-Hubert continent d’emmerder les filles ?

« Depuis 2014, il existe pourtant une loi contre le sexisme dans l’espace public. » Avant 2014 cette loi n’existait pas : elle n’était pas nécessaire. Que s’est-il donc passé depuis les années 2000? Rien sur le profil des individus en question ? 'qu’un groupe d’une dizaine de mecs ont produit une série de bruits...' N'en jetez plus on sait tous de quel genre d'hommes il s'agit...

Virer vos migrants ! Pas de profil ? Pas de profil. Pas Toutes..

Ouf de soulagement pour les clubs de tennis carolos: 'Mais il faudra s’adapter...'A Charleroi comme ailleurs, le retour des interclubs annoncé à partir du 1er août est une aubaine

Elon Musk a finalement changé le prénom de son fils... mais ce n'est pas vraiment mieuxL'Etat californien a rappelé au couple que le prénom qu'il avait choisi n'était pas légal. Les parents ont donc été forcés d'en changer. Elon Musk et sa compagne, la chanteuse Grimes, avaient suscité les moqueries la semaine dernière, après avoir ...

Déconfinement: les cafés «sont prêts» mais demandent des «garanties financières suffisantes»Le secteur estime devoir disposer de garanties financières pour arriver à prévenir la propagation du virus lors de la réouverture des cafés. 🤔? Je pense que cela n'ira pas

Le secteur hospitalier risque de perdre cinq à sept milliards d'euros: 'Mais personne n'en parle''Le secteur hospitalier risque de perdre cinq à sept milliards dans cette crise. Nous sommes en fait dans la situation de Brussels Airlines mais personne n'en parle', affirment dans Le Soir Philippe Leroy, directeur du CHU Saint-Pierre à Bruxelles, et Sylvianne Portugaels, CEO du...

Le secteur hospitalier risque de perdre cinq à sept milliards d'euros: 'Mais personne n'en parle''Le secteur hospitalier risque de perdre cinq à sept milliards dans cette crise. Nous sommes en fait dans la situation de Brussels Airlines mais personne n'en parle', affirment dans Le Soir Philippe Leroy, directeur du CHU Saint-Pierre à Bruxelles, ... Bref ,de là à en déduire que nous passons des examens inutiles il n’y a qu’un pas Un problème déjà soulevé depuis des années et qui impactrait notre sécurité sociale vu sa participation dans le remboursement de ces actes ...😤

Bolsonaro et la pandémie de coronavirus: comme Trump, 'mais en pire'Déni face au coronavirus, déclarations à l'emporte-pièce, absence d'empathie, obsession de l'économie et de la chloroquine, le président brésilien Jair Bolsonaro ne s'est pas contenté d'emboîter le pas à son modèle Donald Trump. Il est allé plus ...