Les réseaux sociaux vont-ils tuer la politique?

Démission, Réseaux Sociaux

Les réseaux sociaux vont-ils tuer la politique?

Démission, Réseaux Sociaux

2/18/2020

Les réseaux sociaux vont-ils tuer la politique?

Quelles leçons tirer de l'affaire Benjamin Griveaux en France? La diffusion d'une sex tape qui a stoppé net la campagne de l'homme pour la mairie de Paris et a rapidement tourné au procès des réseaux sociaux , accusés d'affaiblir la démocratie......

Quelles leçons tirer de l'affaire Benjamin Griveaux en France? La diffusion d'une sex tape qui a stoppé net la campagne de l'homme pour la mairie de Paris et a rapidement tourné au procès des réseaux sociaux, accusés d'affaiblir la démocratie... Alors question cash ce soir sur le plateau de CQFD: les"RS" vont-ils tuer la politique? Pour tenter de répondre à la question, deux invités: Nicolas Baygert, professeur de communication politique à l’ULB et l’IHECS, directeur du Laboratoire Protagoras (sur la communication politique), et Margaux De Ré, députée bruxelloise Ecolo, fondatrice d’une agence active dans le secteur numérique. Des armes aux mains de tout qui veut faire justice Au lendemain de l'annonce du retrait de Benjamin Griveaux, la classe politique française a largement dénoncé l'anonymat sur les réseaux sociaux, accusés d'avoir provoqué sa chute. Pourtant, dans cette affaire, l'anonymat ne peut être mis en cause puisque les protagonistes majeurs ont rapidement été identifiés, avec des relais médiatiques, loin d'être des"trolls anonymes du web". "Dans cette affaire, Benjamin Griveaux a été piégé sur une correspondance privée", commente Nicolas Baygert,"la question est de savoir jusqu'où le dévoilement est-il possible?". Le spécialiste de la communication politique pointe ici les aspects techniques qui ont permis la publication de la vidéo: "cela a trait à la sécurité de tout utilisateur de ces réseaux sociaux et dépasse largement la question de l'anonymat". "Ces nouveaux outils politiques que sont les RS peuvent servir tant à promouvoir un candidat qu'à le faire tomber de haut", poursuit Margaux De Ré. "Aujourd'hui, toute une série de personnes influentes s'appuient sur des contenus pour déstabiliser voire dézinguer des personnalités publiques ou politiques", explique Nicolas Baygert, "c'est un climat propice à toute une série d'attaques, une forme de guerre sale avec des armes désormais aux mains de sympathisants, activistes, militants ou autres qui vont s'emparer de contenus pour faire justice". Les responsabilités des algorithmes et le jeu des politiques CQFD - 18/02/2020 Visionnez gratuitement les vidéos du programme info en streaming sur Auvio. Voir la vidéo Les politiques restent des humains Margaux De Ré rappelle que derrière la diffusion de la vidéo intime qui a amené Benjamin Griveaux à démissionner, il y a une infraction punissable par la loi. L'argument selon lequel l'ancien candidat à la mairie de Paris n'agissait pas en cohérence avec les valeurs familiales qu'il prônait publiquement n'est pas recevable, selon la députée écologiste. "Cela donne l'impression que la victime est le fautif [...] Je pense que le fait que les citoyens scrutent les politiques via les RS est normal et légitime, mais est-ce à dire qu'une personnalité politique doit être irréprochable et doit au quotidien appliquer 100% de son programme politique? Cela me paraît un peu décalé par rapport à la réalité. On reste des humains", explique-t-elle. En France, une loi contre la cyberhaine En France, une loi contre la cyberhaine est en cours d'élaboration, non sans susciter son lot de critiques. Cette loi ("loi Avia") oblige les plateformes à retirer un contenu"manifestement illicite" 24 heures après son signalement. Si le contenu viole la loi (en cas de discrimination ou d'appel à la haine par exemple), l'amende peut aller jusqu’à 250.000 euros, voire 20 millions d’euros, en cas de récidive. Cela veut dire que Google, Facebook, Twitter et les autres devraient eux-mêmes juger de la légalité ou non d'un contenu. Et pas un juge: première critique. Le texte au départ limité aux messages racistes, sexistes et homophobes, a aussi été élargi aux contenus terroristes et pédophiles, qui devront eux être supprimés dans un délai... d’une heure. Beaucoup dénoncent ici un délai intenable, qui exigerait une disponibilité continue des plateformes visées. Ils craignent surtout le début d'une censure systématique du web, avec des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux qui ne voudront pas prendre de risques. Se saisir de ces questions est"un bon signal", commente Margaux De Ré qui convient que l'évaluation des contenus par les plateformes elles-mêmes peut être problématique, "mais il y a aussi une complexité technique à assurer cela: comment fait-on aujourd'hui pour faire collaborer les services publiques qui devraient avoir accès à ces contenus, c'est très compliqué". CQFD, Ce Qui Fait Débat, un face-à-face sur une question d’actualité chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat ci-dessous. CQFD [PODCAST] - Les réseaux sociaux vont-ils tuer la politique ? - 18/02/2020 CQFD - Les réseaux sociaux vont-ils tuer la politique ? Benjamin Griveaux, ancien porte-parole du gouvernement, candidat de La République en marche pour les élections municipales à Paris retire vendredi passé sa candidature à la mairie de la capitale...En cause: une vidéo à caractère sexuelle diffusée sur les réseaux sociaux, par un artiste russe réfugié en France. Après ce séisme, la classe politique a largement dénoncé l'anonymat sur les réseaux sociaux. Pour en débattre, deux invités: Nicolas BAYGERT, professeur de communication politique à l'ULB et l'IHECS, directeur du Laboratoi Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. OK Ne plus afficher × Lire la suite: RTBF info

C la politique qui tue, heureusement que les RS existent, j’apprends plus et je sais plus depuis qu’ils existent surtout ici Twitter... il faut évidemment vérifier mais des que trouve un profile fiable , je ne vérifie plus..les RD surtout en FR . En Belgique on a des bons médias Depuis qu'il n'y a plus démission politique le dimanche RTBF il n'y a plus rien a tuer.

On parle des réseaux sociaux mais le phénomène du discrédit sexuel existe depuis bien avant. La question reste dans le chef de l'attitude de la victime qui s'est visiblement laissée piéger. Tant pis pour lui. La démission était la seule issue. Juste mettre un peu de piment Non c'est le politique qui tue

Non. C'est les politiques qui veulent tuer les Réseaux Sociaux...

Coronavirus: les médecins belges recommandent d’arrêter les consultations sans rendez-vous en cas d’épidémieLes associations de médecins généralistes de Belgique plaident pour l’élaboration d’un plan en cas d’épidémie imprévue de coronavirus. Dans pareil cas, elles proposent notamment de supprimer les consultations sans rendez-vous et qu’un patient ne puisse plus choisir son propre médecin.

Les agriculteurs belges craignent l'arrivée depuis la France d'un virus touchant les tomatesUne exploitation agricole du Finistère (ouest de la France) a été préventivement confinée en raison d'une 'très forte suspicion' de présence du virus du fruit rugueux (ToBRFV) sur des tomates en serre, ont annoncé dimanche les autorités françaises....

L’Espagne, destination la plus prisée par les vacanciers pendant les congés de CarnavalDeux tiers des personnes qui voyagent vers l’Espagne se rendent dans les îles Canaries.

Les 10 villages les plus instagrammablesEn quête de voyage et de paysages à couper le souffle ? Et si on laissait Instagram nous guider pour notre prochaine destination de vacances ? Découvrez les 10 villages les plus prisés sur Instagram d’après un classement international dressé par Farawayfurniture.

Les pilotes de drones craignent les nouveaux tarifs belgesL'Echo a pu consulter un projet d'arrêté royal sur les tarifs pour opérer des vols de drones en Belgique. Les pilotes craignent des tarifs qui risquent de 'clouer le secteur au sol'.

Voici les trois scénarios 'Vivaldi' pour éviter les élections anticipéesSi la classe politique belge n’est pas (encore ?) entrée en campagne électorale, elle en donne toutes les apparences.



Coronavirus : un décès sur trois en Wallonie est un résident de maison de repos

'Je vous présente mes excuses': Ursula von der Leyen exprime ses regrets à l'Italie

'Face à la crise, on a l’impression que le gouvernement ne sait pas où il va'

Un infirmier expulsé par ses colocataires à Schaerbeek suite au coronavirus : 'Ils ont changé la serrure le soir-même'

Coronavirus: la patronne de l’Union européenne présente ses excuses à l’Italie

La CSC veut la démission de Maggie De Block: «Je travaille jour et nuit», répond la ministre

Annulation de Wimbledon: Clijsters a le coeur brisé, Federer est dévasté

Écrire un Commentaire

Thank you for your comment.
Please try again later.

Dernières Nouvelles

Nouvelles

18 février 2020, mardi Nouvelles

Nouvelles précédentes

Neutralité carbone: les gouvernements fédéral et régionaux se pencheront ce mercredi sur la stratégie climatique 2050

Nouvelles suivantes

Affaire Griveaux: Piotr Pavlenski et sa compagne inculpés et remis en liberté
Coronavirus: le Roi active ses réseaux chinois pour aider la Belgique 'Un gsm sur votre oreille a beaucoup plus d'impact que les pylônes 5G' affirme le ministre De Backer Fin des championnats de hockey, pas de titre de champion de Belgique Coronavirus : 'Ils n'ont plus la force de se battre', immersion au cœur d'une maison de repos touchée par la maladie Coronavirus : les promotions font leur retour dans les supermarchés Coronavirus: un million de signatures en soutien de l'appel de l'ONU à un cessez-le-feu mondial Le coronavirus a fait plus de 50.000 morts dans le monde Confinement: les Belges ont réduit leurs déplacements de moitié Coronavirus en France: 471 nouveaux décès, le gouvernement révèle pour la première fois le nombre de morts dans les institutions pour les personnes âgées Coronavirus: la France compte 4.503 morts, dont 884 dans les maisons de repos Submergé, le crématorium de Milan ferme ses portes Les communes bruxelloises se mettent d'accord sur le mécanisme de sanctions pour non respect du confinement: 'Il était temps de passer à une phase de répression'
Coronavirus : un décès sur trois en Wallonie est un résident de maison de repos 'Je vous présente mes excuses': Ursula von der Leyen exprime ses regrets à l'Italie 'Face à la crise, on a l’impression que le gouvernement ne sait pas où il va' Un infirmier expulsé par ses colocataires à Schaerbeek suite au coronavirus : 'Ils ont changé la serrure le soir-même' Coronavirus: la patronne de l’Union européenne présente ses excuses à l’Italie La CSC veut la démission de Maggie De Block: «Je travaille jour et nuit», répond la ministre Annulation de Wimbledon: Clijsters a le coeur brisé, Federer est dévasté Un infirmier expulsé par ses colocataires suite au coronavirus : 'Ils ont changé la serrure le soir-même' Des masques commandés par la France rachetés 'sur le tarmac' par les Américains La pénurie de matériel et de médicaments est intenable : les hôpitaux bruxellois tirent la sonnette d'alarme Coronavirus: 'Relâcher toutes les mesures de confinement en même temps ? Nous connaîtrions un rebond de l'épidémie' Coronavirus : le roi Philippe s'est entretenu par téléphone avec le président chinois Xi Jinping