Le pourcentage de conducteurs sous influence de drogues a doublé en Wallonie

25-01-22 14:22:00

Le pourcentage de conducteurs sous influence de drogues a doublé en Wallonie

Le pourcentage de conducteurs sous influence de drogues a doublé en Wallonie

3 jeunes conducteurs sur 10 (30%) prennent le volant sous l’influence de drogues en Wallonie.

L’inhalation de gaz hilarant est également en augmentation, ressort-il ce mardi de la dixième enquête nationale annuelle d’insécurité routière de l’Institut Vias, pour laquelle 6.000 personnes ont été interrogées.

Dans le contexte de la pandémie, les restrictions touchant le monde de la nuit et les activités sociales en général semblent avoir poussé certains jeunes à consommer davantage de drogues, notamment du cannabis, sans s’interdire ensuite de prendre le volant.

Lire la suite: lavenir.net »

L'apprentissage du japonais a le vent en poupe en WallonieL’ECEPS de Charleroi propose les cours de Japonais les plus avancés de Wallonie, devant même les universités. Alors que l'apprentissage du néerlandais est de plus en plus mauvais

Le patron de l’Open d’Australie accepte le port de tee-shirts de soutien à Peng ShuaiLes organisateurs avaient créé la polémique ce dimanche.

Le mercato EN DIRECT: Dries Mertens supplie Naples de le prolongerLES TRANSFERTS DES DIABLES ROUGESLe statu quo est toujours en place concernant Dries Mertens. Encore buteur ce weekend, le Diable Rouge n'a pas ... A Naples c'est comme chez les Ch'tis tu pleures deux fois, qd tu arrives et qd tu pars !

Le Liban entame des négociations avec le FMI sur un plan de sauvetageDes responsables libanais ont entamé lundi après plusieurs retards, des pourparlers avec le Fonds monétaire international...

DIRECT | Cafaro ouvre le score pour le Standard face à Bruges (1-0)Standard-Bruges: Calut et Pavlovic titulaires, Lang de retour dans le onze (direct à 13h30)

Le Laetare de Stavelot annulé mais remplacé par un cortège folklorique le 15 maiTrès mauvaise nouvelle pour les amoureux du folklore carnavalesque : le Laetare de Stavelot est annulé. Les festivités... un jour de neige au haute fagne embouteillage monstre et hyper concentration pour les rayons de soleils c idem ce n'est pas logique ☀ ☀

En Wallonie, trois jeunes conducteurs sur 10 (30%) prennent le volant sous l’influence de drogues, soit deux fois plus qu’il y a un an (15%).Ils sont une centaine à s’inscrire chaque année aux cours de japonais de Jean-Michel Abrassart.Les organisateurs de l’Open avaient déclenché une controverse en demandant à des supporters de retirer leurs tee-shirts arborant le slogan « Où est Peng Shuai ? », au motif que l’Open d’Australie « n’autorise pas les vêtements, banderoles ou pancartes politiques », selon un porte-parole de la Fédération australienne de tennis.LES TRANSFERTS DES DIABLES ROUGES Le statu quo est toujours en place concernant Dries Mertens .

Et une majorité d’entre eux (64%) combinent drogues et alcool, ce qui accroît d’autant plus le risque d’accident. L’inhalation de gaz hilarant est également en augmentation, ressort-il ce mardi de la dixième enquête nationale annuelle d’insécurité routière de l’Institut Vias, pour laquelle 6. Professeur à l’ECEPS Langues situé dans les locaux de l’Athénée Royale Solvay, il suit sur 6 ans des élèves dont l’âge varie entre 15 et 80 ans.000 personnes ont été interrogées. « La situation ces deux derniers jours est que certaines personnes sont venues avec une bannière sur deux grands poteaux et nous ne pouvons pas autoriser cela », a-t-il ajouté. Dans le contexte de la pandémie, les restrictions touchant le monde de la nuit et les activités sociales en général semblent avoir poussé certains jeunes à consommer davantage de drogues, notamment du cannabis, sans s’interdire ensuite de prendre le volant. "Les personnes qui ont aux alentours de 40 ans ont grandi avec le Club Dorothée et l’arrivée des mangas. L’enquête Vias révèle ainsi que 19% des conducteurs wallons âgés de 18 à 34 ans conduisent régulièrement sous l’emprise de drogues. Si un joueur veut rester au club, cela sera selon les conditions imposées par le club" , a lancé le coach italien.

Le phénomène est essentiellement masculin. Les plus jeunes souhaitent apprendre à se débrouiller pour les mangas et les “animes”. « Il semble qu’il n’y ait aucune raison valable de demander à un participant d’enlever un T-shirt qui met en évidence un problème de droits de l’homme », a ainsi déclaré l’avocat Michael Stanton au journal The Age. Dans le sud du pays, 30% des hommes entre 18 et 34 ans ont roulé au cours du mois écoulé sous l’emprise de drogues (contre 15% il y a un an) et 32% à Bruxelles (contre 31% il y a un an). Autre phénomène inquiétant: de plus en plus de conducteurs combinent drogues et alcool. Ils désirent comprendre et accueillir des invités de marque japonais. Au total, plus d’une personne sur trois (35%) ayant absorbé des drogues a aussi consommé de l’alcool (contre 25% il y a un an).000 euros) sur la plateforme GoFundMe dans le but d’imprimer les mêmes tee-shirts et de les distribuer aux spectateurs en amont de la finale du tournoi féminin. Chez les jeunes conducteurs de 18 à 34 ans, ce chiffre monte à 64%, soit quasiment le double. Il y a pas mal de représentants japonais dans la région de par la présence par exemple de marque de voiture comme Toyota." Au lieu de jeter de l’argent par les fenêtres pour attirer un nouvel attaquant, je lui donne la possibilité de signer mon fils tout de suite.

"Même l’association de petites quantités d’alcool et de cannabis peut avoir de graves répercussions sur les capacités de conduite car les deux substances se renforcent", rappelle l’institut de sécurité routière dans un communiqué. L’étude de Vias montre également que l’utilisation de gaz hilarant (protoxyde d’azote), un phénomène assez récent, a sensiblement augmenté. À ce titre, chaque année Charleroi accueille des jeunes originaires du Japon dans des familles d’accueil qui eux aussi apprennent quelques rudiments de japonais avec Jean-Michel. « Nous ne voulons pas entraîner le sport sur le terrain de la politique, mais ce n’est pas une question politique, c’est une question de droits de l’homme concernant le traitement d’une jeune femme qui affirme avoir été agressée sexuellement », a-t-il ajouté. Ainsi, 19% des conducteurs wallons, âgés de 18 à 34 ans, prennent régulièrement le volant après avoir consommé du gaz hilarant. Ici aussi, le phénomène est essentiellement masculin. Si le cours connaît un tel engouement, c’est parce que l’ECEPS est la seule école de Wallonie à proposer un cursus complet, sur six années en cours du soir, pouvant assurer l’autonomie des élèves dans une langue peu évidente à apprendre. En Wallonie, 26% des hommes entre 18 et 34 ans ont roulé après en avoir inhalé (contre 12% il y a un an) et 36% à Bruxelles (contre 34% il y a un an). Ses réapparitions en public ultérieures n’avaient pas mis fin aux inquiétudes concernant la jeune femme de 36 ans, absente de l’Open d’Australie. Et comme ça, je n’aurais pas à quitter ma maison et Naples !".

Comme pour les drogues illicites, plus d’un conducteur sur trois combine l’inhalation de gaz hilarant et la consommation d’alcool (34%). Il n’est donc pas rare de voir ces étudiants poursuivre leur apprentissage à Charleroi. Chez les jeunes conducteurs, le pourcentage est beaucoup plus élevé (61%). Actuellement, aucun test ne permet de détecter le gaz hilarant lors de contrôles de police, contrairement aux drogues illégales. L’expatriation est aussi très compliquée. Craig Tiley a réaffirmé que la « principale préoccupation » de l’organisation était « le bien-être de Peng Shuai ». Pourtant, il peut avoir de graves conséquences sur la santé de ceux qui l’inhalent. "Directement après l’inhalation apparaît un bref sentiment d’euphorie qui peut s’accompagner d’effets tels que vertiges, pertes d’équilibre et troubles de la vision. Le gouvernement ne fait appel qu’à des profils particuliers et seulement pour des missions limitées dans le temps. Indice de crédibilité: 4/5, très probable .

Ceci a bien évidemment un impact sur la conduite automobile. « Nous l’encourageons à avoir des conversations directes », a-t-il ajouté. Si la consommation devient régulière, des troubles de l’humeur, de la dépression, de l’anémie et des affections du système nerveux peuvent se manifester", met en garde Sarah Wille, de l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie (INCC), citée dans le communiqué de Vias.. L’institut de sécurité routière appelle dès lors à sensibiliser davantage les jeunes aux effets néfastes du gaz hilarant sur la santé et demande à harmoniser la législation, alors que la"détention et l’utilisation de gaz hilarant sont interdites dans de nombreuses communes mais autorisées dans d’autres"."Il est évident que cette substance n’a pas sa place dans la circulation", insiste Vias. Enfin, un conducteur drogué sur cinq (22%) combine plusieurs substances. Le Français l'a sobrement annoncé hier sur Amazon Prime, où il est consultant, en démentant les rumeurs d'une arrivée possible sur le banc du club français.

Au cours des six premiers mois de 2021, 7.470 conducteurs ont été verbalisés pour drogue au volant, soit plus de 41 personnes en moyenne par jour, selon les données de l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie (INCC), qui analyse les échantillons de salive de ces automobilistes. Soixante-sept pour cent des conducteurs contrôlés positifs aux drogues ont consommé du cannabis, parfois en combinaison avec d’autres drogues. Viennent ensuite la cocaïne (24%) et les amphétamines (18%). De nombreuses études montrent que la combinaison de drogues et d’alcool induit une augmentation du risque d’accident, souvent liée à une mauvaise évaluation lors de situation de conduite complexe.

"Ainsi, le risque de provoquer un accident lorsqu’un conducteur a consommé du cannabis et a un taux d’alcool de 0,8 pour mille est jusqu’à 80 fois plus élevé que pour un conducteur sobre", indique Sarah Wille. Face à ces constats interpellants, le ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet s’engage, ensemble avec les ministres de la Justice et de l’Intérieur, à améliorer les contrôles."Un conducteur sur trois sera contrôlé chaque année. Pour les conducteurs étrangers positifs au test de drogue, une somme sera aussi consignée dans l’attente du procès pour éviter toute impunité. Car la liberté des uns s’arrête là où la vie des autres usagers de la route est en danger", fait-il valoir.

Publicité .