Garde des enfants lors d'un divorce: une juge à Dinant applique une méthode inédite en Belgique

Garde des enfants lors d'un divorce: une juge à Dinant applique une méthode inédite en Belgique

28-10-21 23:03:00

Garde des enfants lors d'un divorce: une juge à Dinant applique une méthode inédite en Belgique

Une juge de la famille et de la jeunesse met en place depuis dix ans une procédure inédite à Dinant dans le cadre de séparations des parents et de la garde des enfants: le consensus parental. L'idée est de permettre aux deux parties de s'arranger entre elles avant de se retrouver au tribunal. Une formule qui pourrait être étendue au reste au pays, mais qui a aussi, parfois, ses limites.

 Vous voyez que madame n'a qu'un jour le week-end et ça ne vous va pas. Donc vous voulez des enfants à vous tout seul? Vous les avez fait à deux ces enfants-làVoilà près de dix ans que Marie-France Carlier applique le"consensus parental" dans son tribunal. Importé d’Allemagne, le modèle favorise la recherche, par les parents, d’une solution à l’amiable."

C'est très bien, mais quand c'est adapté à la situation", s'exprime à notre micro le père, sous couvert de l'anonymat.", nous confie Daria Ryjoukhina, l'avocate du père.

Lire la suite: RTL info »

Indépendance des juges: la Pologne condamné à une astreinte d'1 million d'euros par jourLa Cour de justice de l'Union européenne a condamné la Pologne à une astreinte d'un million d'euros par jour pour ne pas... Quelle vaste blague. Ils ne sont pas aussi pressés de s'interroger sur l'indépendance des juges de la CEDH… condamnéE Journalistes amateurs… RTBF l'europe est propre, tellement propre qu'elle se permet de donner des leçons au lieu de balayer devant sa porte.

La circulation des métros perturbée ce mercredi matin à Bruxelles, suite à une action syndicaleSeul un métro sur deux roule ce matin sur les lignes 2 et 6 de la STIB. Un peu plus sur les lignes 1 et 5. En cause, une...

Sivry-Rance : d’après l’opposition, il y avait moyen d’éviter que tout le bois local parte en ChineIl y a une semaine, une vente de bois issu des forêts communales avait lieu à Sivry-Rance. Et tous les lots ont été... Bien certainement, en observant ce qui s’est passé dans les Vosges il y a quelques années. A un tel point que l’industrie de transformation a failli disparaître.

La Ligue des familles appelle à une attribution automatique des bourses d'étudesLa Ligue des familles a appelé jeudi à une attribution automatique des bourses d'études aux familles qui entrent dans les...

Une vingtaine de migrants d'un navire en perdition secourus au large de ZeebrugesVingt-quatre migrants, tous adultes, ont été secourus au large de Zeebruges au terme d'une opération de recherche, fait...

'Le journalisme n’est pas un crime' : à Bruxelles, une chaîne humaine en soutien à Julian AssangeEn soutien au lanceur d’alertes Julian Assange, des manifestants se sont réunis ce mercredi matin devant le Palais de... Le journalisme devient un crime lorsque que vous dîtes des intox et fausses choses ! Honte à ce pays ! Guignols Le journalisme n'est pas un crime mais une certaine pratique du journalisme peut mener au crime.

Christophe Clément, Alain Hougardy 28 octobre 2021 à 21h59     Une juge de la famille et de la jeunesse met en place depuis dix ans une procédure inédite à Dinant dans le cadre de séparations des parents et de la garde des enfants: le"consensus parental". L'idée est de permettre aux deux parties de s'arranger entre elles avant de se retrouver au tribunal. Une formule qui pourrait être étendue au reste au pays, mais qui a aussi, parfois, ses limites. Nous avons assisté à une audience à Dinant. Séparés depuis juillet dernier, des parents doivent se répartir la garde de leurs enfants, âgés de trois et quatre ans. Dans un climat tendu, la juge tente de raisonner le papa." Vous voyez que madame n'a qu'un jour le week-end et ça ne vous va pas. Donc vous voulez des enfants à vous tout seul? Vous les avez fait à deux ces enfants-là ", interpelle la juge de la famille et de la jeunesse à Dinant. On leur rend leur responsabilité de parents Voilà près de dix ans que Marie-France Carlier applique le"consensus parental" dans son tribunal. Importé d’Allemagne, le modèle favorise la recherche, par les parents, d’une solution à l’amiable." On leur rend leur responsabilité de parents. Moi je suis là pour parer à une situation d'urgence, mais dès qu'ils vont aller en médiation, c'est eux qui vont reprendre les rênes. C'est eux qui vont pouvoir prendre la bonne décision pour leurs enfants ", nous explique Marie-France Carlier. C'est très bien, mais quand c'est adapté à la situation Ce jeudi matin, au Tribunal de la Famille, la plupart des dossiers débouche sur un accord mutuel. Un travail de médiation en amont a permis d’éviter de longues procédures. Mais dans l'affaire à laquelle nous avons assisté, le chemin est encore long." Les quelques paroles que madame a données, elle a entre autres menti. Donc je ne comprends pas comment on peut aller en médiation en partant de mensonges ", s'exprime à notre micro le père, sous couvert de l'anonymat. " La médiation, c'est bien. Les voies alternatives de résolution des conflits, c'est très bien, mais quand c'est adapté à la situation. Quand ça ne l'est pas et qu'on le force, quelque part les parties ressortent plus frustrées qu'autre chose ", nous confie Daria Ryjoukhina, l'avocate du père. " C'est une méthode qui permet au client de sortir certaines émotions ou certaines rancœurs, que jusqu'ici il ne permettait pas de partager ", indique pour sa part l'avocat de la mère, Jean-Louis Davis. Vers une application partout en Belgique? Dinant est le seul tribunal où le"consensus parental" est appliqué. En visite ce matin, le ministre de la Justice s’est dit séduit par le modèle. Il envisage de l’étendre à tout le pays, sans pour autant la rendre obligatoire.   Lire aussi