Justice, Musique, Horeca, Coronavirus, Covid-19

Justice, Musique

Fermeture de l’Horeca : obligés de payer les droits d’auteur pour la musique, les restaurateurs lancent une action en justice

Que seraient les cafés et les restaurants sans la musique ? Pour beaucoup, elle est un moyen d’attirer les clients. Mais...

07-03-21 18:43:00

Fermeture de l’ Horeca : obligés de payer les droits d’auteur pour la musique, les restaurateurs lancent une action en justice

Que seraient les cafés et les restaurants sans la musique ? Pour beaucoup, elle est un moyen d’attirer les clients. Mais...

Payer pour de la musique non-diffusée ? Inacceptable pour la Fédération Horeca Bruxelles et le Syndicat Neutre pour Indépendants qui lancent une action collective à l’encontre d’Unisono, la plateforme de perception des droits d’auteur pour la musique."Nous voulons qu’il y ait un accord sur le principe de dire : 'on ne paie que ce que l’on consomme', affirme Christophe Wambersie, Sécretaire Général Wallonie-Bruxelles du Syndicat Neutre pour Indépendants. Autrement dit, si vous êtes ouverts huit mois sur douze, vous payez huit mois sur douze de diffusion de musique, et a contrario, nous n’avons pas à payer le nombre de mois fermés. Et pour l’instant, il n’y a pas d’accord sur ce principe."

En Inde, un variant 'double mutant' suspecté de relancer l’épidémie de covid-19 à un rythme inquiétant Angèle, Hoshi, Eddy de Pretto… la nouvelle scène qui envoie balader les normes sexuelles et de genre Des lieux culturels bravent l'interdiction et rouvriront leurs portes du 30 avril au 8 mai

►►► À lire aussi : Coronavirus : la production de frites réfrigérées en baisse de 20% en raison de la fermeture de l’horecaDe leur côté, la Sabam et Unisono accusent eux aussi le coup avec une perte de 32 millions d’euros en 2020 et appellent à la poursuite du dialogue."Nous sommes également en concertation avec le gouvernement concernant une compensation pour la perte en droits d’auteur et droits voisins, déclare la plateforme dans un communiqué. Nous préférons donc à ce stade laisser toute la place nécessaire au dialogue et à la concertation afin de trouver les solutions les plus viables pour tous les secteurs."

La plateforme a déjà offert l’équivalent d’un mois gratuit à tous les commerces concernés. Un geste néanmoins jugé encore insuffisant par beaucoup."On est fermés depuis sept mois et demi !, rappelle Mickaël Hacourt. On aurait dû avoir au moins plus de la moitié, voire les trois quarts. Surtout que quand on a pu travailler, c’était surtout en extérieur, et parfois il n’y a pas de baffles." headtopics.com

Un problème qui dépasse évidemment le cas de l’Horeca même si ce sont aujourd’hui les commerces qui seront restés fermés le plus longtemps.Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »