Explosion à Beyrouth, un an après: 'Quand on sait que personne n'a été emprisonné, ça donne envie de tout casser'

Explosion à Beyrouth, un an après: 'Quand on sait que personne n'a été emprisonné, ça donne envie de tout casser'

04-08-21 08:18:00

Explosion à Beyrouth, un an après: 'Quand on sait que personne n'a été emprisonné, ça donne envie de tout casser'

Les Libanais marquent mercredi dans la douleur et la colère le 1er anniversaire de l'explosion au port de Beyrouth, pleurant les 214 morts d'une tragédie dont les coupables n'ont toujours pas été jugés et fustigeant l'impunité des dirigeants. Le même jour, la France et l'ONU organisent une nouvelle conférence internationale pour apporter une aide humanitaire d'urgence aux plus démunis, dans un Liban englué dans la pire crise socio-économique de son histoire.

Pratiquement chaque mois, on trouve un nouveau morceau de verre. J'ai encore des éclats dans les cuisses, dans les jambes, et mes bras je crois", confie cet ingénieur en télécommunications de 36 ans."Les médecins ont dit qu'il y aurait des débris de verre dans mon corps pendant encore plusieurs années

Un réseau de prostitution de mineures démantelé à Bruxelles: l'une des filles dit avoir été forcée à des relations avec 20 à 30 clients par jour Les Suisses disent 'oui' au mariage pour tous Le Covid safe ticket élargi en Région bruxelloise ne sera pas forcément prêt pour ce 1er octobre

", ajoute-t-il.En ce 4 août 2020, sur les coups de 18 heures, il filme au téléphone, de son lieu de travail, l'épaisse fumée qui s'échappe d'un entrepôt au port de Beyrouth, juste en face. Quelques secondes plus tard, le souffle de la déflagration le frappe de plein fouet. Transporté à l'hôpital, toute la peau de son visage est striée de coupures, son corps sanguinolent. L'explosion, dont les images ont fait le tour du monde, a fait plus de 200 morts, plus de 6.500 blessés et dévasté des quartiers entiers de la capitale.

Le drame a aussi traumatisé toute une population, déjà mise à genoux par un naufrage économique et une pandémie inédits."L'explosion vit toujours en moi", confie M. Rizk à l'AFP devant ses anciens bureaux en ruine. Les stigmates sont toujours vifs alors que l'enquête locale n'a toujours pas abouti à des conclusions ni expliqué pourquoi des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium ont été abandonnées pendant plus de six ans dans l'entrepôt numéro 12,"sans mesure de précaution" de l'aveu même des autorités. headtopics.com

L'opinion publique pointe du doigt la classe dirigeante, qu'elle juge corrompue."Quand on sait que personne n'a été emprisonné (...) ça donne envie de tout casser, d'aller manifester (...) de jeter des cocktails Molotov, de mettre le feu. N'importe quoi pour extérioriser cette colère

", s'emporte l'ingénieur."Ça vous déchire de l'intérieur"Sur ses bras et ses jambes, le trentenaire qui veut émigrer au Canada pour fuir l'enfer qu'est devenu le Liban exhibe ses cicatrices. Une multitude de petites striures rouges qui rappellent les 350 points de sutures qu'il a dû recevoir après l'explosion.

Blessé aux yeux par les éclats de verre, sa vison a aussi été sévèrement endommagée. Il y a aussi les séquelles psychologiques avec lesquelles il faut apprendre à vivre."Le traumatisme, ça vous déchire de l'intérieur, c'est comme si je pleurais de l'intérieur

", lâche M. Rizk.Nous sommes tous en mode survieRony Mecattaf a lui fait le tour des spécialistes en Europe et a subi trois opérations. Mais le psychothérapeute de 59 ans s'est résigné à vivre avec la perte de sa vision périphérique. Au quotidien, il doit s'asseoir dans une position particulière pour avoir son interlocuteur dans son champ de vision. Dans la rue il marche toujours sur la gauche. Ses amis le taquinent en le surnommant"l'homme à un oeil". headtopics.com

'Face au défi climatique, il faudra beaucoup investir', affirme Paul Magnette à la réunion de rentrée du PS Islande: les femmes ne sont plus majoritaires au Parlement après un recomptage À l’occasion de la journée des migrants, le pape appelle à un monde 'plus inclusif'

Pour le quinquagénaire, les survivants du 4 août n'ont pas eu la possibilité de confronter leur traumatisme. Ereintés comme le reste de la population par un enchaînement de crises, toutes inédites, ils doivent surmonter les difficultés d'un quotidien marqué par la dépréciation historique de la livre libanaise, les pénuries en tout genre, les files d'attente devant les stations-service et les coupures de courant dans la chaleur étouffante de l'été."

Nous sommes tous en mode survie", reconnaît M. Mecattaf.Toute une nation traumatiséeUn an plus tard, si des quartiers ont été reconstruits, essentiellement grâce à des ONG et des volontaires, l'Etat ayant rien ou si peu fait, si les blessures ont cicatrisé, c'est toute une nation qui reste traumatisée. Une famille sur trois a des enfants montrant encore des signes de"détresse psychologique", indique l'Unicef. Chez les adultes, c'est une personne sur deux.

Et malgré l'ampleur du drame qui a choqué le monde entier, l'enquête locale piétine et aucun coupable n'a été identifié ou jugé, même si d'ex-ministres et des responsables de sécurité sont dans le viseur de la justice. Et pour cause? La classe dirigeante est accusée de tout faire pour torpiller l'enquête et éviter des inculpations, en arguant d'une prétendue immunité garantie par les responsabilités publiques.

Réclamant une levée de ces immunités, des familles des victimes ont lancé un ultimatum au pouvoir et menacé de"briser les os" de quiconque s'opposerait à leur colère mercredi."Nous en avons assez des manifestations routinières et pacifiques (...) Attention à notre colère headtopics.com

", a averti Ibrahim Hoteit, porte-parole de ces familles.Quant aux ONG, leur jugement est sans appel. Les autorités ont"entravé de façon éhontée la quête de vérité et de justice des victimes", a accusé Amnesty International."

Plusieurs autorités (...) ont fait preuve de négligence criminelle", a asséné Human Rights Watch.La classe politique accusée de négligenceSelon des rapports d'agences de sécurité libanaises ou occidentales que l'AFP a consultés, le nitrate d'ammonium qui a explosé se trouvait dans un entrepôt où étaient stockés des feux d'artifice ou des mèches lentes. En un an, les enquêteurs libanais n'ont toujours pas officiellement déterminé les causes de la déflagration. Même si les autorités affirment que les tonnes de nitrate d'ammonium ont explosé après un incendie qui a pris dans le hangar, et qui selon des sources de sécurité a été provoqué par des travaux de soudure.

'Port du voile interdit' : une offre d’emploi pour du personnel de nettoyage dans une école d’Etterbeek jugée discriminatoire 250 euros d'amende en perception immédiate: le ministre Van Quickenborne s'attaque aux voleurs de vélo Cinq pays demande une répartition 'équitable' et 'obligatoire' dans l’UE des flux migratoires

Quasiment inchangée depuis la guerre civile (1975-1990), la classe politique est accusée de négligence, de corruption et d'incompétence et d'être complètement déconnectée de la réalité. Même la menace de sanctions des Européens ne semble pas en mesure de tirer les dirigeants de leur léthargie.

Le gouvernement de Hassan Diab a démissionné quelques jours après l'explosion. Et le pays attend toujours un nouveau gouvernement censé enclencher des réformes réclamées par la communauté internationale pour obtenir des financements cruciaux. Mais les partis politiques restent absorbés par des marchandages interminables. Entretemps le pays s'enfonce: aggravation de la pauvreté, chute libre de la monnaie locale, restrictions bancaires inédites, hyperinflation, carburant et médicaments introuvables, tandis que l'électricité est devenue un luxe.

Lire la suite: RTL info »

Explosion à Beyrouth : un après, les images de la (trop) lente reconstruction

Un an après l'explosion au port de Beyrouth, les Libanais sont toujours en quête de justiceElle semble un peu perdue, dans les ruines de cet immeuble. Makrouhi n'est plus revenue ici depuis des mois. Ici, c'est là...

Liège: deux personnes agressées au couteau dans le CarréUn individu a été intercepté dans la nuit de lundi à mardi, dans le quartier du Carré à Liège, après avoir donné des coups de couteau à deux ...

Herstal: un homme arrêté pour avoir menacé des jeunes avec... une baïonnette!Un homme d'une cinquantaine d'années a été intercepté ce lundi par la police à Herstal après avoir menacé des jeunes avec une baïonnette, a ...

Explosion en Allemagne : un autre corps retrouvé, le bilan s'élève désormais à six mortsUne semaine après l'explosion d'une usine de traitement des déchets à Leverkusen, dans l'ouest de l'Allemagne, un autre...

Afghanistan : deux fortes explosions suivies de tirs secouent KaboulDeux fortes explosions ont secoué Kaboul mardi soir, à deux heures d’intervalle environ, dont l’une a été attribuée...