Découverte : la nouvelle section d'armes militaires au Grand Curtius à Liège

18-10-21 18:22:00

Découverte : la nouvelle section d'armes militaires au Grand Curtius à #Liège

Liège, Musée

Découverte : la nouvelle section d' armes militaires au Grand Curtius à Liège

Une toute nouvelle section consacrée aux armes militaires vient d'apparaître au Grand Curtius de Liège . Cette collection...

La nouvelle exposition : à quoi s'attendre ? "Dans un premier temps, nous décrit Loïc Servais, Conservateur du département d’armes du musée Curtius, le visiteur va trouver un couloir didactique. Il y a une vitrine centrale qui met en exposition des armes à feu dans leur évolution chronologique. D’un coté le visiteur va découvrir des informations historiques et tactiques qui sont en lien direct avec ces armes et de l’autre côté, en vis-à-vis, il y a des panneaux avec des explications historiques et un peu plus techniques. Vous trouverez aussi une série de salles qui présentent toute une série d’armes dans leur ordre chronologique avec des thématiques rattachées aux conflits auxquels elles ont participés comme la Première ou la Seconde Guerre mondiale par exemple. Et enfin, vous découvrirez plusieurs lieux exclusivement consacrés à la Belgique et à Liège en particulier ainsi qu'à son patrimoine armurier."

Lire la suite: RTBF info »

Pour Greta Thunberg, la COP26 n’amènera 'pas de grand changement'Une conférence de plus qui n’amènera 'pas de grand changement': à deux semaines de la COP26, la militante suédoise... bin qu'elle retourne à l'école et arrête de nous faire chier ! C’est là que le monde partit en couille … Qu elle se trouve un lascar pour un grand changement

Anne Goscinny révèle que son père avait écrit la moitié du scénario d'un Astérix avant sa mortLa fille du scénariste des célèbres bandes dessinées d'Astérix, Anne Goscinny, a révélé la découverte d'une...

Liège se dote de défibrillateurs cardiaques portables et initie à la réanimationÀ l’occasion de la journée mondiale de la réanimation, les autorités communales liégeoises ont inauguré aux Galeries...

Deux anciens Sea King militaires en partance pour une nouvelle vie en Grande-BretagneDeux anciens hélicoptères militaires Sea King - des appareils mythiques à la Côte, où ils ont assuré durant 42 ans des... C'est bien beau tout ça, mais combien ça rapporte cette vente de matériel militaire déclassé ?

Conflit au Yémen : 150 rebelles Houthis tués au sud de Marib, selon la coalitionLa coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen a affirmé lundi avoir tué 150 rebelles Houthis dans de...

Liège : Important dégagement de fumée dans le quartier Grety, une menuiserie en feuUne colonne de fumée noire s'élève en ce moment dans le quartier de la Médiacité à Liège. Les pompiers sont sur...

Une toute nouvelle section consacrée aux armes militaires vient d'apparaître au Grand Curtius de Liège.Une conférence de plus qui n’amènera"pas de grand changement": à deux semaines de la COP26, la militante suédoise Greta Thunberg a déploré par avance samedi la réunion, pourtant"cruciale" pour l’avenir de la planète.La fille du scénariste des célèbres bandes dessinées d'Astérix, Anne Goscinny, a révélé la découverte d'une ébauche d'histoire non achevée du plus célèbre des Gaulois réalisée par son père avant sa mort, dans une interview publiée ce week-end par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.À l’occasion de la journée mondiale de la réanimation, les autorités communales liégeoises ont inauguré aux Galeries Saint Lambert de Liège le 1er des 35 défibrillateurs cardiaques qui seront installés en cité ardente.

Cette collection vient compléter celle déjà dédiée aux armes civiles. Elle contient plus de 500 armes à feu en provenance de tous les horizons, y compris de Liège. La COP26 et toutes les réunions internationales"ont le potentiel de changer les choses puisqu’elles rassemblent tant de personnes. Vous pouvez les découvrir grâce à un parcours s'étendant du 15ème au 21ème siècle. Le scénario tapé à la machine par René Goscinny porte le titre d'"Astérix au cirque" et aurait dû paraître chronologiquement après l'album"Astérix chez les Belges". Des progrès techniques aux adaptations tactiques et stratégiques, aucun détail n'a été laissé de côté."On va devoir continuer à faire le forcing !" Lors de la conférence à Glasgow, en Écosse, les États du monde entier auront du 31 octobre au 12 novembre pour négocier et s’engager plus concrètement sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le but ? Proposer une exposition la plus dialectique et pédagogique possible. Où est le problème ? L’ambulance ou le smur arrivent en moyenne dans les dix minutes.

La nouvelle exposition : à quoi s'attendre ? "Dans un premier temps, nous décrit Loïc Servais, Conservateur du département d’armes du musée Curtius, le visiteur va trouver un couloir didactique. Pour elle, il faut désormais"changer de focus et ne plus chercher à créer des niches dans les programmes, mais plutôt à sauver la planète, le présent et les conditions de vie des générations futures"."De très nombreuses personnes devraient s'asseoir autour de la table, se plonger dans l'histoire et retrouver sa voix", dit-elle en référence à son père,"c'est comme une peinture de Goya qui aurait un trou". Il y a une vitrine centrale qui met en exposition des armes à feu dans leur évolution chronologique. D’un coté le visiteur va découvrir des informations historiques et tactiques qui sont en lien direct avec ces armes et de l’autre côté, en vis-à-vis, il y a des panneaux avec des explications historiques et un peu plus techniques. Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Vous trouverez aussi une série de salles qui présentent toute une série d’armes dans leur ordre chronologique avec des thématiques rattachées aux conflits auxquels elles ont participés comme la Première ou la Seconde Guerre mondiale par exemple. Il a joué un rôle capital pour la création du métier de scénariste de bandes dessinées, qui n'existait pas avant lui. Et enfin, vous découvrirez plusieurs lieux exclusivement consacrés à la Belgique et à Liège en particulier ainsi qu'à son patrimoine armurier." Le fait que l’appareil guide au fur et à mesure est une aide parce qu’on peut oublier rapidement avec la peur et les émotions qui s’y prêtent, donc c’est rassurant.

" ►►► À lire aussi : Que voir et faire au Grand Curtius ? La vitrine préférée de Loïc Servais est celle dédiée à la révolution belge de 1830 :"Nous avons la chance d’avoir quelques pièces uniques dans le musée ! On a entre autre mis en place dans une de nos vitrines une authentique jambe de bois qui appartenait à Charlie à la Jambe de Bois. Je dis"une" car j’imagine qu’il n’a pas gardé cette jambe de bois toute sa vie", ajoute-t-il avec un sourire. "Il y a des pièces très personnelles ici et en plus la vitrine est très colorée. Moi, c’est de loin ma préférée !" conclut-il. Pour le Conservateur, cette nouveau section est un incontournable, en particulier pour les plus curieux d'entre nous : "Je pense que, au travers des armes à feu, on revisite aussi certaines conceptions et certaines psychologies du temps jadis.

" explique-il."Donc, il me semble que pour n’importe quelle personne curieuse de la nature humaine et de son histoire, l'exposition est un must. C’est un pan complet de la psychologie humaine qu’on ne peut pas vraiment passer sous silence." Pour n’importe quelle personne curieuse de la nature humaine et de son histoire, c’est un must. Une exposition élaborée pour tous et toutes "Nous avons vraiment tenu à faire une exposition tout public.

" explique Loïc Servais. "C’est-à-dire que le promeneur qui a envie de découvrir un petit peu ce que c’est sans y connaître rien du tout peut tout à fait venir découvrir. Si ce n’est pas un spécialiste, ce n’est pas grave parce qu’on a mis en place un dispositif didactique qui permet d’expliquer, de comprendre les armes militaires dans leurs conceptions, leurs usages et leurs fabrications de manière complétement pédagogique". Ce n'est pas tout :"Le spécialiste sera heureux aussi car il y a quand même plus de 500 armes en place. Sans parler du fan d’histoire qui sera ravi aussi normalement ! Il y a (presque) toutes les pièces historiques les plus célèbres avec les explications qui y sont associées.

Bref, que ce soit un visiteur rapide, passionné ou moyen : en toute logique, tout le monde y trouve son compte." conclut-t-il. ►►► À lire aussi : Rencontre avec un restaurateur de tableaux Le patrimoine liégeois mis à l'honneur Lorsqu'on lui demande quelle est l'importance de proposer ce type de collection dans des institutions muséales, Loïc Servais répond :"Parce que c’est de l’Histoire tout simplement. Alors évidemment c’est pas le plus beau côté de l’humanité qu’on présente ici. Mais même les armes à feu de guerre ne sont pas de simples objets comme ça, à bannir.

Pas du tout. Ce sont des objets humains, fait par des humains, à destination des humains (hélas) mais donc : c’est de l’Histoire. Pour cette raison, je pense que c’est un sujet qu’on ne peut pas vraiment éviter, ni au niveau Histoire, ni au niveau muséographique évidemment." Il rappelle également la tradition armurière importante de la ville de Liège : "Sachant que Liège a une tradition armurière qui a quand même près de 500 ans maintenant, oui, on ne peut pas en faire l’économie à Liège. D’autant plus que le musée d’armes existant depuis 1885 et vu que nous détenons une des plus belles sinon pas la plus belle collection d’armes à feu du monde on doit évidemment la mettre en avant.

C’est du patrimoine liégeois, c’est pour aussi et avant tout, pour les liégeois." C’est pour aussi et avant tout, pour les liégeois. L'avenir ? Lorsqu'on l'interroge sur l'avenir du musée et de ses expositions, Loïc Servais annonce de multiples aménagements à venir : "On va mettre encore plus de choses en place : un troisième étage va être ajouté. Il va présenter des armes blanches, des protections datant de l’Antiquité à aujourd’hui. Ensuite, il y a le coin des canons et des mortiers du 18ème siècle et 19ème siècle.

Ils sont situés devant le Palais Curtius et on aimerait beaucoup présenter des ancêtres de ces systèmes. On aimerait aussi faire une zone d’accueil où les visiteurs pourraient, avant de monter dans les différents étages de l’exposition permanente, passer dans une zone intermédiaire qui proposerait des établis d’armuriers et qui présenterait le métier d’armurier dans toute sa complexité et son savoir-faire. Enfin, j'aimerais aussi mettre en place une exposition temporaire sur les armes dans le cinéma !" Beaucoup de projets sont envisagés, voire déjà lancés pour certains, en prévision des années à venir. Le musée Curtius nous réserve donc encore beaucoup de surprises. Informations et réservations Pour plus d'informations sur l'exposition ou autre, rendez-vous sur le site officiel du musée Grand Curtius.

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. OK Ne plus afficher × .