Coronavırus

Coronavırus

Coronavirus chez les enfants: les infections secondaires surviennent moins souvent à l'école qu'à la maison

Coronavirus chez les enfants: les infections secondaires surviennent moins souvent à l'école qu'à la maison

14-08-20 13:03:00

Coronavirus chez les enfants: les infections secondaires surviennent moins souvent à l'école qu'à la maison

A un peu plus de deux semaines de la rentrée scolaire, Frédérique Jacobs, porte-parole interfédérale covid-19, a détaillé lors de la conférence de ...

6,3%chez les adultes.Ce schéma représente le nombre d'enfants testés et le pourcentage de ces enfants ayant eu un test positif (taux de positivité), exprimé par âge.On voit que le nombre de tests effectués est le plus élevé chez les enfants de moins d'un an. Le taux de positivité est plus élevé chez ces enfants-là, ainsi que chez ceux de 13 ans et plus.

Formation fédérale : les négociateurs sont parvenus à un accord, place aux discussions sur le casting Débat pour la présidentielle aux Etats-Unis : Trump décrit comme 'clown', 'pire président', 'raciste' ou encore 'caniche de poutine' 14 décès et 84 hospitalisations supplémentaires en 24 heures ce 30 septembre: la Belgique franchit le seuil de 10.000 morts liées au Covid-19

Moins d'infections secondaires à l'école qu'à la maisonLe deuxième point du rapport reprend lesdonnées scolaires, collectées par les services de promotion de santé à l'école à travers le pays. Au total, ils ont comptabilisé avons 378 cas signalés à l'école, dont 270 élèves et 108 membres du personnel. La majorité des cas (69%) ont été notifiés après le 15 mai, qui est le moment où les cours ont progressivement repris en présentiel.

La conséquence de la détection de cas positifs à l'école a été la mise en quarantaine préventive de 4715 personnes. Celles-ci incluent pour 94% des élèves et 6% des enseignants.On remarque que le nombre d'infections secondaires, c'est-à-dire les personnes détectées positives que l'on peut mettre en relation avec un contact à l'école est seulement de

1%. Dans les familles, il est entre10 et 20%. Cela signifie que les infections secondaires arrivent moins souvent à l'école qu'à la maison.Peu de complications sévères chez les enfantsLe troisième point du rapport reprend la

surveillance clinique des patients hospitalisés. Ce rapport reprend les données de 70% des enfants. Elles n'incluent pas les patients atteints de la forme de Kawasaki qui bénéficie d'une surveillance séparée.Le rapport reprend 267 enfants hospitalisés dans 56 hôpitaux, ce qui représente

1,6%du nombre total d'enfants détectés positifs. C'est faible si on compare au nombre d'adultes qui sont hospitalisés:10%.Surtout des tout-petits hospitalisés, lorsque la fièvre est un système d'alarmeLa plupart des enfants ont été diagnostiqués, comme pour les adultes dans la semaine du 22 au 28 mars 2020.

47%des enfants avaient moins d'un an, et surtout, moins de trois mois (ils représentent à peu près un tiers des patients hospitalisés). Cela peut s'expliquer par le fait que la fièvre chez les enfants de moins de trois ans est un signal d'alarme et nécessite une hospitalisation plus rapide que chez les enfants plus âgés. L'admission était rapide, par rapport à l'apparition des symptômes: en général, un jour. Ces symptômes étaient principalement de la fièvre et de la toux. L'admission était de courte durée: en médiane, de trois jours.

Coronavirus en Belgique : les ministres De Backer et De Block dévoilent une partie du nouveau stock stratégique Coronavirus en Espagne : un accord de principe pour durcir les mesures de restrictions à Madrid Péage urbain à Bruxelles : combien devront payer les automobilistes ?

Si on reprend les patients hospitalisés, pour lesquels on a les données disponibles, on se rend compte que seulement 13% des enfants avaient des maladies sous-jacentes (les facteurs de"comorbidité"). Parmi ceux-ci, on observe l'obésité, l'immunodéficience et le diabète.

Des complications sévères ont été observées chez 38 enfants, soit 19% des enfants hospitalisés, et la complication la plus fréquente était la pneumonie associée au covid, que l'on trouvait dans 9%. Mais il faut remarquer que seulement 3% de ces enfants ont nécessité une admission aux soins intensifs. Les complications les plus sévères ont été observées chez les enfants de plus d'un an.

Il n'y a pas eu de décès pour les enfants pour lesquels les données de sorties étaient disponibles, mais on sait qu'un décès a été observé chez une petite fille de douze ans au cours de la période concernée par ce rapport. On a également déploré le décès d'un enfant de trois ans, en dehors de cette période.

Lire la suite: RTL info »

Coronavirus: les enfants davantage contaminés à la maison qu'à l'écoleSelon un rapport de Sciensano, les enfants développent également moins souvent des symptômes que les adultes et souffrent plus rarement de complications sévères.

'Retournez chez les médecins: chaque jour compte', exhorte la Fondation contre le cancer, malgré le coronavirusLa Fondation contre le Cancer appelle la population à continuer à consulter.

Le flou total autour de la rentrée scolaire: 'L’école, c’est dans une classe que ça doit se passer'Si le code orange est choisi, les élèves de secondaire resteraient à la maison la moitié du temps.

Plan International met en lumière les dégâts collatéraux du Covid-19 sur les femmes et les fillesPlus de mariages forcés et précoces, plus de mutilations génitales et moins de contraception : les chiffres de la vulnérabilité féminine sont encore plus préoccupants depuis la crise du coronavirus.

Plan International met en lumière les dégâts collatéraux du Covid-19 sur les femmes et les fillesPlus de mariages forcés et précoces, plus de mutilations génitales et moins de contraception : les chiffres de la vulnérabilité féminine sont encore plus préoccupants depuis la crise du coronavirus.

F1: Sergio Pérez de retour chez Racing Point pour le GP d'EspagneLe Mexicain avait loupé les deux courses de Silverstone après avoir été testé positif au Coronavirus.