Parlement Bruxellois

Parlement Bruxellois

Commission Covid: 'Des décisions ont été prises dans des maisons de repos alors qu'il n'y avait plus de compétences médicales sur place'

28-01-21 20:45:00

Commission Covid: 'Des décisions ont été prises dans des maisons de repos alors qu'il n'y avait plus de compétences médicales sur place'

Les députés ont entendu à ce sujet Sandra de Breucker, responsable du service de gériatrie de l’hôpital Erasme, ainsi que deux membres du comité consultatif de bioéthique de Belgique : Paul Cosyns, professeur retraité de psychiatrie à Anvers et le sociologue de l’ULB Guy Lebeer.

Matin Première : Rudi Vervoort favorable à une réinitialisation de la stratégie vaccinale en Belgique Sortie du nucléaire : les producteurs d'électricité redoutent une construction insuffisante de centrales au gaz Le gouverneur du Texas abandonne plusieurs mesures anti Covid dont le port du masque obligatoire

"Certains ont manqué une chance de se faire soigner" Au cœur des exposés, les soins inadéquats dont ont bénéficié ces résidents durant la première vague de la pandémie."C’est un fait qu’il y a eu moins de patients résidents de maisons de repos admis à l’hôpital pendant la première vague, a analysé Paul Cosyns. Certains ont manqué une chance de se faire soigner alors que les soins intensifs n’ont jamais saturé".

D’une voix unanime, les intervenants ont affirmé qu’il n’y a pas eu de refus systématiques d’admissions de résidents de maisons de repos dans les hôpitaux. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas existé :"Il y a eu des cas, c’est clair, mais ces cas étaient quand même relativement rares", a précisé Guy Lebeer, qui préside une commission spécifique au sein du comité de bioéthique. headtopics.com

"Très grande confusion" En réalité, de nombreux résidents n’ont simplement pas été conduits vers les structures hospitalières :"Le début de la crise a été un moment de panique et de très grande confusion, caractérisée par une flambée de messages qui ont convergé vers le même type d’informations qu’ont eues beaucoup de directeurs de maisons de repos : ça ne sert à rien d’envoyer vos résidents de maisons de repos à l’hôpital, ce que vous faites chez vous, on ne fera pas mieux là-bas".

A cette confusion, poursuit Guy Lebeer, viennent s’ajouter la crainte de la saturation des services des soins intensifs et l’interprétation sans doute trop restrictive de protocoles d’aide à la décision rédigés par des groupements de médecins.

Absence de médecins dans les maisons de repos Sans compter le manque de diagnostics médicaux dans les maisons de repos, en raison de l’insuffisance voire de l’absence (!) de médecins généralistes au sein des établissements."Beaucoup de ces médecins ont été interdits d’entrer par crainte de la contamination", note Guy Lebeer. D’autres ont eux-mêmes fui ces établissements :"Les médecins coordinateurs ont été débordés par la démission massive des médecins généralistes, explique Sandra de Breucker. Je ne mâche pas mes mots : j’ai eu des médecins coordinateurs en pleurs qui ne savaient pas assumer la charge de soins parce que leurs collègues avaient décidé de ne pas venir les aider par peur du covid. C’est quelque chose d’humain, mais parfois aussi par démission pure et simple". Résultat : " Des décisions ont été prises alors qu’il n’y avait plus de compétences médicales sur place", conclut Guy Lebeer.

Les patients résidents de maisons de repos ont manqué de tout De trop nombreux résidents malades n’auront donc pas pu bénéficier des soins hospitaliers dont ils avaient besoin. Les intervenants de la commission covid ont décrit ce jeudi des résidents restés prisonniers de structures qui manquaient de tout : de matériel, de personnel, et surtout de personnel suffisamment formé, de plan de lutte globale contre les infections ni de plans de soins personnalisés et anticipés, de projets thérapeutiques, de politique de dépistage et cohortage. Des lieux où avait même disparu la possibilité de formuler des adieux. headtopics.com

RDC: 21 écogardes tués en 2020 dans le parc national des Virunga, sanctuaire de gorilles Donald et Melania Trump vaccinés en toute discrétion en janvier, selon leur entourage Nicolas Sarkozy s'exprime après sa condamnation: 'J'ai ressenti l'injustice profonde, choquante'

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »