Chronique, Elio Di Rupo, Alexander De Croo, Frank Vandenbroucke, Comité De Concertation, Coronavirus

Chronique, Elio Di Rupo

Comité de concertation : 'Ce ne sont pas ceux qui conseillent qui payent'

Comité de concertation : 'Ce ne sont pas ceux qui conseillent qui payent'

08-02-21 12:04:00

Comité de concertation : 'Ce ne sont pas ceux qui conseillent qui payent'

Il y a deux semaines, nous écrivions que l’annonce de la réouverture des métiers de contact était un trompe-l’œil....

Par ailleurs, le Comité de concertation, le"codeco", n’a pas tenu compte de son propre critère pour la réouverture, qui était une évolution"positive" de l’épidémie. Le Comité ne le cache pas, Alexander De Croo l’a dit :"La situation épidémiologique est mitigée." Mais, et je cite encore le Comité qui se dit"conscient que notamment les soins des cheveux contribuent de manière indéniable à améliorer le bien-être mental des citoyens." Ça peut sembler un peu cavalier voire simpliste comme argument, mais n’importe quel psychologue vous parlera de l’impact positif d’une nouvelle coupe de cheveux lorsqu’on a été mal.

Des milliers de jeunes rassemblés à la Boverie à Liège : 'Ici, c'est même plus que le nouveau carré, il y a encore plus de monde' Sortie du nucléaire : les producteurs d'électricité redoutent une construction insuffisante de centrales au gaz Nicolas Sarkozy s'exprime après sa condamnation: 'J'ai ressenti l'injustice profonde, choquante'

Cette décision, c’est donc un signal envoyé en faveur d’une meilleure prise en compte de la santé mentale. Elle tient compte de la chute de l’adhésion aux mesures. On notera aussi une prise en compte des critiques des experts quant à la communication. Ça s’est aussi senti dans la communication : Alexander De Croo et Frank Vandenbroucke ont explicitement remercié la population pour ses efforts, un objectif intermédiaire au 1er mars a été présenté, un objectif à plus long terme aussi, mais sans date. Le terme"déconfinement" a été prononcé.

La communication, talon d’Achille des codeco, a repris quelques couleurs vendredi dernier. Cette décision de rouvrir les métiers de contact, rappelons-le, a été prise en désaccord avec les experts. Mais on notera que le Comité de concertation a voulu tout de même prendre ses précautions. Cette décision de rouvrir les métiers de contact de façon progressive, le 13 février, puis le 1er mars, c’est pour,"pouvoir évaluer l’impact épidémiologique de la réouverture des professions." En clair, en cas de très gros souci d’ici là, d’une explosion de cas et d’hospitalisations, on pourrait revoir certaines décisions. Gageons que cela n’arrivera pas, en restant prudent. headtopics.com

Responsabilité Petit retour en arrière, nous sommes jeudi, c’est la réunion préparatoire finale du comité de concertation. Autour de la table, les chefs de cabinet. C’est souvent cette réunion qui préfigure le menu définitif du comité de concertation. On a entendu sur nos antennes, ou lu dans les journaux, des appels, comme celui de Paul Magnette qui voulait qu’on discute déjà de l’horeca pour que des décisions soient envisageables au prochain codeco. Finalement, figurez-vous, pas un mot n’a été prononcé en ce qui concerne l’horeca, nous dit-on, personne, aucun gouvernement n’aurait fait de demande à propos de l’horeca lors de cette réunion préparatoire. Il y a eu d’autres demandes : par exemple sur un élargissement de la bulle pour les étudiants du supérieur, ou à propos de la réouverture de la culture. Et à chaque fois, une fin de non-recevoir. Au point où le chef de cabinet du Premier ministre a dit ceci :"Ce ne sont pas ceux qui conseillent qui payent".

Que comprendre ? Cela signifie que toutes les personnes qui estiment qu’il faudrait rouvrir ceci, cela, toutes ces personnes qui viennent avec des demandes fortes pour certains secteurs, ne paieront pas le prix politique, ne seront pas jugées responsables si les chiffres de l’épidémie devaient déraper. Imaginons, scénario catastrophe, que l’épidémie reprenne de la vigueur : qui sera pointé du doigt ? Sera-ce Elio Di Rupo, Pierre-Yves Jeholet, Paul Magnette, Georges-Louis Bouchez ? Non.

Les responsables désignés seront le Premier ministre Alexander De Croo et surtout le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke, de la même façon que Maggie de Block avait été désignée coupable l’an dernier.

Ce matin, dans La Libre, Elio Di Rupo en remet une couche sur l’horeca, arguant que lui et ses collègues, avaient une"responsabilité plus globale" que celle de Frank Vandenbroucke. C’est vrai. Reste qu’on peut discuter de la gestion du gouvernement wallon, en ce qui concerne les maisons de repos, ou les mesures de soutien. Mais on ne parlera pas de la responsabilité de l’équipe Di Rupo dans l’augmentation des cas positifs. headtopics.com

Le gouverneur du Texas abandonne plusieurs mesures anti Covid dont le port du masque obligatoire Wie zijn uw speler en coach van de maand februari? États-Unis : deux responsables nommés par Trump mis en cause dans l'insurrection au capitole

Pourtant, la Wallonie surperforme dans ce domaine : 41% de cas positifs pour 31% de la population, depuis le début de la pandémie. Elio Di Rupo dit aussi dans La Libre que c’est la tendance des hospitalisations qui est essentielle. Ce matin, celles-ci, en moyenne hebdomadaire, sont en augmentation, avec le Hainaut qui est la province qui compte le plus de patients en soins intensifs. Et c’est pour ça que Frank Vandenbroucke reste sur ses positions. C’est sa responsabilité. Car, retenez bien cette phrase,"ce ne sont pas ceux qui conseillent qui payent".

Les coulisses du pouvoir - 08/02/2021 L'édito politique Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Faudrait-il rappeler à ce journaliste la définition de 'cas', un cas est une personne malade en médecine, une personne positive à un test n'est pas un 'cas', vous désinformez et êtes un ignorant. allez donc voir ce doc,sur l'info des médias belges, Et la RTBF aura bien trempé et collaboré dans toute cette mascarade. J’espère que les journalistes peuvent encore se regarder dans un miroir? Le vent tourne assurément depuis un peu plus de 2 semaines mais la chaîne nationale sert toujours la même propagande? Intérêt?

2020, l'année où être malade, c'est être coupable. Et les médias marchent en plein dans cette nouvelle pensée. Vous êtes sérieux là ? Vous titreriez quoi si cette pandémie tuait sans discernement comme la peste noire ? Vous n'avez pas l'impression de surmediatiser le 'problème'? Il existe une hiérarchie parmis ceux qui paient l'addition. Tout en haut, les fonctionnaires ne subissent aucun effet sur leur salaire, et tout en bas vous avez les salariés/indépendants qui subissent de plein fouet chaque mesure COVID. C'est politiquement incorrect mais réel.

Ni les journaleux qui assurent la communication de propagande Ni ceux qui décident. Les seuls à payer, ce sont les citoyens.