C'est beau comme les traces des jours heureux (chronique)

C'est beau comme les traces des jours heureux (chronique)

Dieu

22-01-22 17:00:00

C'est beau comme les traces des jours heureux (chronique)

Le moment qu'on vit ou le souvenir qu'on en a? La magie du lieu ou la photo qu'on en fait? Ici et maintenant ou cette fois-là, là-bas?

Se délecter du bel instant présent ou se remémorer le joli temps passé? Autrement dit, la mémoire des jours heureux les prolonge-t-elle? Se souvenir des belles choses, est-ce vivre encore ces belles choses? Ou n'est-ce qu'un embarquement pour la nostalgie, une rive de tristesse, parce que c'était si bien alors, et on ne le savait que trop peu, on aurait dû en profiter plus, savourer mieux, on voudrait tant revivre ça, comme le temps passe vite mon Dieu, et comme on était jeunes, même si ça me paraît hier, et regarde maintenant ces plis amers, cette mélancolie avec ses vitres teintées, elles sont blindées, dit-on, et quand elle sort, on entend son pas claudiquant, et elle tousse, et ses mâchoires sont de fer... C'était un peu la discussion, ce soir-là, parce que quelqu'un avait demandé, alors que c'était une fête, que quelqu'un d'autre lise un poème. A une fleur séchée dans un album, de Lamartine. Le poème (de 1827) parle à cette fleur. Il lui raconte comme c'était, quand elle n'était pas séchée."C'était aux plages", à mi-journée, sous un"ciel sans souillure et sans orages", on humait"les parfums d'un air attiédi", une mer"s'étendait bleue à l'horizon" et il y avait un oranger,"cet arbre de fête", qui"neigeait par moments" sur les têtes. La fleur vivait"près d'une colonne d'un temple écrasé par le temps". Elle lui faisait"une couronne" et ornait"son tronc monotone" avec ses"chapiteaux flottants". Elle décorait la ruine. Lamartine lui rappelle que,"sans un regard pour t'admirer, je cueillis ta blanche étamine, et j'emportai sur ma poitrine tes parfums pour les respirer". Alors, le poète raconte qu'"aujourd'hui, ciel, temple et rivage, tout a disparu sans retour". Et que"ton parfum est dans le nuage". Mais voilà que"je trouve, en tournant la page, la trace morte d'un beau jour"! Le quelqu'un qui avait imprimé le poème et qui demandait à un autre quelqu'un de le lire avait organisé la fête. Et tout prévu. Il y avait de belles images projetées sur un écran. Tout le monde a dû chanter Summer wine, l'un jouer du piano, celle-ci de la guitare, celui-là lire un autre poème, Prévert, dans lequel le malheur,"avec une montre en or, avec un train à prendre, le malheur qui pense à tout... A tout. A tout... à tout... à tout... Et à tout. Et qui gagne"presque" à tous les coups . Presque." Et puis aussi la fleur séchée, donc. Celui qui devait le lire a dit, après,"mais c'est triste". Et le quelqu'un qui avait demandé qu'il soit lu avait dit"mais non, justement, puisque c'est le souvenir d'un bonheur". Et un album était sorti, avec une fleur séchée à chaque page, et son nom. Aucune n'a plus les mêmes couleurs, on les dirait fossilisées. Et le moment et l'endroit où chacune a été cueillie n'y figurent pas."Pas grave, moi je le sais. Et je revois chaque fois où et à quoi elles sont liées." Se souvenir des belles choses, et les revivre encore et encore.

Lire la suite: Le Vif »

Le Centre d'excellence sur le Climat démarrera cet été (info Le Vif)Annoncé l'année dernière par Thomas Dermine, secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, la nouvelle institution fédérale remplira ses premières missions l'été prochain, depuis le site ucclois qui abrite déjà l'Observatoire royal, l'IRM et l'Institut d'Aéronomie spatiale.

La moitié des écoliers avaient des anticorps contre le Covid juste avant la 5e vagueIl s’agit d’un doublement par rapport au mesurage précédent (26,6%) qui avait été réalisé en septembre-octobre 2021.

Autriche : le Parlement adopte la loi sur la vaccination anti-Covid obligatoireLe Parlement autrichien a adopté jeudi une loi sur la vaccination anti Covid-19 obligatoire pour tous les adultes, devenant... Ce n'est pas parce que mon voisin fait quelque chose que je vais faire la même chose....cf les moutons de Panurge On présente cela que ce sont les extrêmes qui votent contre le pass vaccinal alors que ce n'est apparemment que dans la classe politique. Dans la population, c'est loin de n'être que des extrémistes. Il y a énormément de gens vaccinés qui sont contre le pass vaccinal.

Ukraine: Washington ravive le spectre de la Guerre froide et menace la Russie de représaillesLa Russie, qui a massé des milliers de soldats à la frontière ukrainienne, prend le risque de raviver le spectre de la Guerre froide, ont prévenu jeudi les Etats-Unis, menaçant à nouveau Moscou de représailles en cas d’incursion.

CAN: le Mali, la Gambie et la Tunisie filent sans surprise en huitièmes de finaleLe Mali a conclu jeudi la phase de poules en tête du groupe F en battant 2-0 la Mauritanie sans être inquiété, au contraire de la Tunisie, également qualifiée mais battue au bout du suspense par la Gambie 1-0.

CAN : Le Mali, la Gambie et la Tunisie filent sans surprise en huitièmes de finaleJeudi soir, dans le groupe F, se disputaient les deux derniers matchs de la phase de poules de la Coupe d'Afrique des...

Se délecter du bel instant présent ou se remémorer le joli temps passé? Autrement dit, la mémoire des jours heureux les prolonge-t-elle? Se souvenir des belles choses, est-ce vivre encore ces belles choses? Ou n'est-ce qu'un embarquement pour la nostalgie, une rive de tristesse, parce que c'était si bien alors, et on ne le savait que trop peu, on aurait dû en profiter plus, savourer mieux, on voudrait tant revivre ça, comme le temps passe vite mon Dieu, et comme on était jeunes, même si ça me paraît hier, et regarde maintenant ces plis amers, cette mélancolie avec ses vitre... Se délecter du bel instant présent ou se remémorer le joli temps passé? Autrement dit, la mémoire des jours heureux les prolonge-t-elle? Se souvenir des belles choses, est-ce vivre encore ces belles choses? Ou n'est-ce qu'un embarquement pour la nostalgie, une rive de tristesse, parce que c'était si bien alors, et on ne le savait que trop peu, on aurait dû en profiter plus, savourer mieux, on voudrait tant revivre ça, comme le temps passe vite mon Dieu, et comme on était jeunes, même si ça me paraît hier, et regarde maintenant ces plis amers, cette mélancolie avec ses vitres teintées, elles sont blindées, dit-on, et quand elle sort, on entend son pas claudiquant, et elle tousse, et ses mâchoires sont de fer... C'était un peu la discussion, ce soir-là, parce que quelqu'un avait demandé, alors que c'était une fête, que quelqu'un d'autre lise un poème. A une fleur séchée dans un album, de Lamartine. Le poème (de 1827) parle à cette fleur. Il lui raconte comme c'était, quand elle n'était pas séchée."C'était aux plages", à mi-journée, sous un"ciel sans souillure et sans orages", on humait"les parfums d'un air attiédi", une mer"s'étendait bleue à l'horizon" et il y avait un oranger,"cet arbre de fête", qui"neigeait par moments" sur les têtes. La fleur vivait"près d'une colonne d'un temple écrasé par le temps". Elle lui faisait"une couronne" et ornait"son tronc monotone" avec ses"chapiteaux flottants". Elle décorait la ruine. Lamartine lui rappelle que,"sans un regard pour t'admirer, je cueillis ta blanche étamine, et j'emportai sur ma poitrine tes parfums pour les respirer". Alors, le poète raconte qu'"aujourd'hui, ciel, temple et rivage, tout a disparu sans retour". Et que"ton parfum est dans le nuage". Mais voilà que"je trouve, en tournant la page, la trace morte d'un beau jour"! Le quelqu'un qui avait imprimé le poème et qui demandait à un autre quelqu'un de le lire avait organisé la fête. Et tout prévu. Il y avait de belles images projetées sur un écran. Tout le monde a dû chanter Summer wine, l'un jouer du piano, celle-ci de la guitare, celui-là lire un autre poème, Prévert, dans lequel le malheur,"avec une montre en or, avec un train à prendre, le malheur qui pense à tout... A tout. A tout... à tout... à tout... Et à tout. Et qui gagne"presque" à tous les coups . Presque." Et puis aussi la fleur séchée, donc. Celui qui devait le lire a dit, après,"mais c'est triste". Et le quelqu'un qui avait demandé qu'il soit lu avait dit"mais non, justement, puisque c'est le souvenir d'un bonheur". Et un album était sorti, avec une fleur séchée à chaque page, et son nom. Aucune n'a plus les mêmes couleurs, on les dirait fossilisées. Et le moment et l'endroit où chacune a été cueillie n'y figurent pas."Pas grave, moi je le sais. Et je revois chaque fois où et à quoi elles sont liées." Se souvenir des belles choses, et les revivre encore et encore. Vous souhaitez poursuivre la lecture de cet article ? Optez pour Le Vif Family Le Vif Family