Marie Schrevens

Marie Schrevens

Assises Hainaut : selon les avocats de Marie Schrevens, l'incendie de l'immeuble de l'avenue Maistriau est d'origine accidentelle

Les avocats de Marie Schrevens ont plaidé l'accident, ce mercredi devant la Cour d'Assises du Hainaut, contestant la...

27-10-21 18:42:00

Assises Hainaut : selon les avocats de Marie Schrevens , l'incendie de l'immeuble de l'avenue Maistriau est d'origine accidentelle

Les avocats de Marie Schrevens ont plaidé l'accident, ce mercredi devant la Cour d'Assises du Hainaut, contestant la...

La Défense plaide "le doute plus que raisonnable" Pour la défense, Marie Schrevens n'avait pas la volonté consciente de bouter le feu à l'immeuble et elle a plaidé le doute "plus que raisonnable" dans cette affaire. Elle ajoute que l'accusée tient la même version depuis les faits et qu'elle n'a pas menti, le test polygraphique l'atteste. Toutefois, l'accusation a douté de la fiabilité de cette technique d'enquête."Affirmer qu'elle ment toujours, c'est pour la discréditer", s'est insurgé Me Dapsens.

'Les médecins contre la vaccination, sont des criminels' Arnaud Bruyneel, infirmier et doctorant en santé publique Plus de 10.000 personnes, dont de nombreux jeunes, réunis pour le premier meeting du candidat d’extrême droite Eric Zemmour Aux Pays-Bas, c’est Saint Nicolas qui administre la troisième dose des personnes âgées

Me Coralie Fontaine est le conseil de Marie Schrevens depuis le jour de son arrestation, le 1er juillet 2015. Elle a déclaré que l'accusée a soutenu la thèse accidentelle depuis le début, à travers ses quinze interrogatoires. L'avocate ne conteste pas les menaces d'incendie proférées par l'accusée, mais elle estime que les témoins, issus d'un milieu marginal, manquent de crédibilité. Elle ajoute que la personnalité impulsive de sa cliente l'aurait incité à passer à l'acte plus tôt. L'avocate ajoute que l'accusée n'a pas été décrite comme pyromane par les experts en santé mentale.

Une critique du rapport des experts La défense affirme qu'il y a des erreurs dans les deux rapports rendus par les experts en incendie. "Le premier expert exclut la thèse accidentelle sur base d'une erreur. Il sait qu'elle parle d'une table, il voit une table métallique, et il en déduit que la version accidentelle n'est pas possible car le feu ne peut pas prendre sur une table métallique", a déclaré Me Dapsens. Il s'est ensuite penché sur le deuxième rapport d'expertise, rédigé par un autre pompier. Ce deuxième rapport a démonté la thèse de l'accusée en raison du timing. Selon l'expert, l'incendie aurait dû prendre une heure quarante-huit après la mise à feu de la bougie. Comme l'accusé a déclaré avoir allumé la bougie vers une heure du matin, l'incendie aurait dû naître peu avant trois heures et non vers huit heures du matin. headtopics.com

La défense a critiqué cette reconstitution faite sur des éléments contestables "On a essayé de reconstituer la scène par une expérience se rapprochant le plus possible des conditions, avec des objets les plus proches possibles. L'expert a fait son expérience avec les objets qu'on lui a donnés. Est-on certain que la bougie noire, achetée par l'accusée, mesurait vingt-cinq centimètres comme celle qui a été utilisée comme celle de l'expérience ?", demande l'avocat. Sa cliente dit avoir acheté une bougie de trente centimètres. Pour la défense, cette différence trompe l'expérience et elle plaide le doute en faveur de Marie Schrevens, laquelle, selon un témoin, serait rentrée chez elle vers 2h30 et non vers une heure.

Pour l'Avocat Général, il n'y a pas de doutes sur la culpabilité de l'accusée Ce matin Pierre Hustin, avocat général à la Cour d'Assises du Hainaut, avait lui demandé aux jurés de prononcer la culpabilité de Marie Schrevens pour l'incendie de l'immeuble dans lequel Sophie Wauters avait trouvé la mort par intoxication.

L'avocat général appuie son accusation sur les menaces proférées par Marie Schrevens, qui avait annoncé sa volonté de bouter le feu au bâtiment pour se venger de sa propriétaire, laquelle ne voulait pas renouveler le bail. Ce dernier était arrivé à échéance le 30 juin. Il ajoute que les deux expertises en incendie écartent la thèse accidentelle. Quant au polygraphe, test réussi par l'accusée, le représentant du ministère public estime que "ce n'est rien d'autre qu'une technique d'audition particulière". Le représentant de l'accusation estime avoir un faisceau d'éléments de preuve, précis et concordants, qui convergent vers la culpabilité de l'accusée, responsable de ses actes.

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Assises Hainaut : l'avocat général estime que Marie Schrevens est coupable d'un incendie volontairePierre Hustin, avocat général à la Cour d'Assises du Hainaut, a demandé aux jurés de prononcer la culpabilité de Marie...

Le musée 'MUMons' de l’Université de Mons ouvre ses portes le 27 octobreSitué place du Parc, le MUMons, musée de l’Université de Mons, est, selon les instances de l’université montoise,...

La SNCB ferme quatre guichets de plus de ce 1er novembreLa SNCB poursuit son plan de fermeture des guichets dans les gares. Dès lundi prochain, premier novembre, les gares de... Florence Dussart, toi bien parler le France. Toi redonner moi argent.

Boucle du Hainaut : Revolth veut proposer une alternativeS’il faut encore le rappeler, la Boucle du Hainaut c’est le projet porté par le gestionnaire du réseau de transport... C'est une solution innovante qui mérite d'être étudiée plus à fond

'The Great Resignation' : les Etats-Unis touchés par des démissions en cascade, relayées sur TikTokLes États-Unis vivent actuellement une vague de démissions sans précédent. Selon le Washington Post, 20 millions de...

Au large de Zeebruges, opération de sauvetage en cours d’un bateau transportant des migrantsLe gouverneur de Flandre occidentale Carl De Caluwé annonce qu’une opération est en cours ce mercredi matin afin de... Pfff… La facture on va l’envoyer a qui faut les garder en Flandre...