Agriculture, Femmes, Coronavirus, Covid-19

Agriculture, Femmes

A la ferme, pas de confinement pour les agricultrices

A la ferme, pas de confinement pour les agricultrices

10-04-20 14:24:00

A la ferme, pas de confinement pour les agricultrices

Le confinement a été annoncé en même temps que l’arrivée du printemps. Dans les champs, pas question de s’arrêter. Les agricultrices et agriculteurs mettent les bouchées doubles pour assurer la production et nourrir la population. Et si cette crise...

Dans les fermes, c’est le temps des plantations et des récoltes, coronavirus ou pas, il faut travailler. "Quand le monde est à l'arrêt, la nature subsiste", #OnVousNourrit ; sur les réseaux sociaux, les actrices et acteurs du monde agricole se font entendre. Le secteur est en crise depuis de nombreuses années, une réalité parfois difficilement compréhensible pour les citadin.e.s déconnecté.es de la terre. Selon les chiffres de l’agriculture, entre 1980 et 2018, 68% des fermes ont disparu. La crise que nous traversons nous oblige à prendre conscience de l’importance d’un système alimentaire local et solide.

Bouchez suscite le ras-le-bol au bureau du PS : 'Si on m'en donne le mandat, je changerai de majorité en Wallonie', glisse Elio Di Rupo Bouchez suscite le ras-le-bol au bureau du PS : 'Si on m'en donne le mandat, je changerai de majorité en Wallonie', glisse Elio Di Rupo Un an après les élections : quelle évolution pour les partis ?

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministeQuand vie professionnelle et privée se confondent Si on parle souvent d’agriculteurs, il ne faut pas oublier les femmes. L’Union des Agricultrices Wallonnes (UAW) assure la promotion et la défense des intérêts des agricultrices et des femmes vivant en milieu rural. Le but est de proposer aux femmes un statut social, juridique et économique digne des engagements qu’elles prennent dans les exploitations. L’UAW, c’est aussi un réseau basé sur la solidarité, l’amitié entre femmes qui partagent un même métier, un même milieu de vie, les mêmes préoccupations…

"En ce qui concerne les agricultrices, elles ont toujours eu leur métier sur place. Quelque part, elles étaient déjà un peu confinées, elles sont et vivent H24 avec leur compagnon ou leur mari sur le lieu de travail. La vie professionnelle et privée se confondent", explique la présidente de l’UWA, Geneviève Ligny.

Le confinement a malgré tout bouleversé leur quotidien. "Avec la situation actuelle, ce qui leur manque c’est le lien social qu’elles avaient, par exemple, en conduisant leurs enfants à l’école ou en faisant la vente de porte à porte. Les agricultrices avaient aussi des contacts en venant aux réunions organisées par l’UAW, c’était très précieux. A cause du confinement, elles se sentent plus seules. Alors on a mis en place cette campagne "Quand le monde est à l'arrêt, la nature subsiste", pour que chacune puisse dire ce qu’elle fait dans la ferme. La vie continue, il n’y a pas d’arrêt pour nous, mais, c’est important de pouvoir s’exprimer. On maintient ce lien par mail, messenger et téléphone aussi", continue la présidente.

En ce qui concerne les agricultrices, elles ont toujours eu leur métier sur place Sur la page Facebook de l’UAW, les agricultrices racontent leur quotidien. La campagne permet aussi de visibiliser leur travail auprès du grand public. "On voit que les publications sont likées par des personnes qui ne sont pas du milieu. Ça nous met en contact avec le monde extérieur. Cette crise permet de reprendre conscience du bon sens d’une alimentation locale."

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire iciTou.te.s aux champs La crise sanitaire bouscule, interroge mais bouleverse aussi les récoltes. Les agriculteurs et agricultrices wallon.ne.s sont confronté.e.s à la pénurie de saisonniers étrangers. En Belgique, 56.000 saisonniers viennent chaque année, essentiellement de Pologne, de Roumanie ou de Bulgarie.

Suite à la fermeture des frontières, il est désormais impossible pour les nouveaux travailleurs saisonniers de venir en Belgique. Pour les remplacer des citoyen.ne.s proposent leur aide. Aux champs, la surprise est totale ! Une plateforme en ligne a été lancée pour créer"des matchs" entre volontaires et producteurs.

Coronavirus en Afrique : le continent est-il vraiment moins touché ? 'On ne sait pas ce qu’il se passe' Les jours de l'homme agressé au couteau dans le métro de Bruxelles ne sont plus en danger Par sécurité, l’OMS suspend temporairement les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine

Des Belges ont entendu parler du manque de main d’œuvre et postulent spontanément parce qu’ils ou elles veulent aider "La main d’œuvre de l’étranger ne peut pas passer les frontières. Pour l’instant, la Flandre est plus touchée parce que le travail dépend du type de culture. Nous, on a 8 personnes qui doivent arriver de Roumanie dans un mois, on espère qu’ils pourront passer. Des Belges ont entendu parler du manque de main d’œuvre et postulent spontanément parce qu’ils ou elles veulent aider. On n’a jamais eu ça avant", témoigne Caroline Devillers, gérante d’une exploitation agricole familiale.

Si cette crise fait réfléchir et revenir à l’essentiel, il ne faut pas oublier que chez nous, le statut social d’ouvrier agricole n’est pas bien rémunéré. "C’est un travail difficile. Il ne faut pas trop vite crier victoire, il faut voir comment ça se passe sur le terrain. Les métiers de l’agriculture sont loin de la vision bucolique et romantique qu’on pourrait se faire. Néanmoins, l’urgence se fait sentir. Normalement, on a de la marchandise jusque mi-avril mais début de semaine passée tout était parti. La demande a explosé début de la crise. Le circuit court est en plein boom. Des coopératives qui regroupent plusieurs producteurs comme Hesbicoop ou Paysans Artisans facilitent l’accès de nos produits aux consommateurs. On croise les doigts pour que l’engouement perdure après la crise", souligne-t-elle.

Même malades du Corona, on ne s’arrête pas Claire* est fille d'agriculteurs, elle vit aujourd’hui à Bruxelles mais est retournée dans la ferme familiale pendant ce confinement. Sur place, c’est sa mère et son petit frère qui font tourner l’exploitation. Son père s’est donné la mort il y a 5 ans. Derrière ce drame se cachent les multiples difficultés du métier et le système extrêmement complexe du monde de l’agriculture.

S'il n’existe pas de statistiques en Belgique, en France, en 2015, on dénombrait le suicide de 372 agriculteurs et agricultrices, soit plus de 1 par jour et de 233 salarié.e.s agricoles. La mère de la jeune femme qui a repris la ferme à la mort de son mari témoigne régulièrement des difficultés d’être une femme dans le milieu.

Elle explique :"Elle n’est pas bien perçue dans le monde des agriculteurs et des marchands parce que c’est une femme. Elle a un gros caractère, elle ne se laisse pas faire et beaucoup sont très machos. Aussi, à chaque fois qu’un homme vient à la ferme, il s’adresse à mon frère alors qu’il est tout jeune et il qu’il ne gère la ferme que depuis trois ans. Le quotidien des éleveurs est loin d’être rose et la crise sanitaire complique encore un peu plus la situation".

A la ferme, il est impossible de s'arrêter "Ici, à la ferme, nous avons attrapé le coronavirus, on a tous perdu l’odorat et le goût et dans une ferme ça se remarque directement. Mon autre frère qui est infirmier urgentiste a été testé positif, nous n’avons pas été testés, mais on a eu tous les symptômes et ma mère encore plus puisqu’elle est plus âgée. Malgré tout, elle devait continuer à travailler. A la ferme, c’est impossible de s'arrêter. D’habitude, elle s’occupe de la ferme au moins 8 heures par jour, 7/7, là, elle faisait le minimum parce qu’elle n’était vraiment pas bien, environ une heure et demie le matin et le soir."

Trump s'indigne que ses sorties de golf soient traitées comme 'un péché mortel' SOS patat: une campagne pour limiter le gaspillage des pommes de terre belges Coronavirus: 92 nouveaux décès et 300 nouvelles infections en Italie, le bilan passe à 32.877 morts

Depuis trente ans, un système de remplacement agricole existe pour les producteurs qui sont malades mais dans ce milieu, il est plus facile de se faire aider par les enfants, les proches, les gens qui connaissent les lieux, le travail, le matériel. Le petit frère de Claire et un étudiant ouvrier ont pris le relais pour tenir cette grande exploitation de plus de 500 animaux. "Chaque soir je m'endors avec la boule au ventre de voir ma mère et mon frère galérer, pourtant si intelligents et si sensibles. Je ne connais aucun autre métier qui demande autant de temps, d'énergie, de complexité, d'investissement, de bon sens", indique Claire.

Si du côté des cultures la demande explose, au niveau de la viande, la situation est plus complexe. Avec l’arrêt des cantines scolaires et la fermeture des restaurants, la demande diminue. Pour l’heure, la maman de Claire a de moins en moins de symptômes. Elle a battu le coronavirus mais les difficultés du monde agricole, elles, sont loin d’être terminées.

*Le prénom a été modifié.Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Mais les agriculteurs, eux, restent a la Maison... C'est vache, ça dis donc 😒 Confiner l'agriculture et l'élevage 🤔🤔🤔 mais là vous risquez de nous tuer non pas par le covid19 mais plutôt de la famine

Coronavirus: la Wallonie mobilise l'armée, la protection civile et des volontaires dans les maisons de reposFace à la dégradation de la situation dans un nombre croissant de maisons de repos, la Wallonie a décidé de demander un soutien de l'armée et de la protection civile. bravo les belges ! Enfin ! Je l’avais réclamé il y a huit jours...

Coronavirus: paiement anticipé du pécule de vacances dans certains secteurs comme l’horeca et les titres-servicesLe paiement anticipé concerne des secteurs où le chômage temporaire est très élevé en raison de la crise sanitaire, indique le syndicat chrétien.

Coronavirus: la Wallonie mobilise l'armée, la protection civile et des volontaires dans les maisons de reposFace à la dégradation de la situation dans un nombre croissant de maisons de repos, la Wallonie a décidé de demander un soutien de l'armée et de la protection civile. C’était au tout début qu’il fallait faire ça! Pourquoi toujours attendre que le loup soit dans la bergerie avant d’agir? C’était une décision à prendre au plus vite, mais...penser est une chose, agir en est une autre! On a attendu combien de décès? Idée intéressante mais catastrophique s'il ne sont pas testé avant.

Coronavirus : les kits de tests envoyés dans les maisons de repos comprenaient de mauvaisLes kits de tests envoyés aux maisons de repos et de soins afin de tester aussi bien le personnel que les résidents comprenaient des modes d'emploi qui ne correspondaient pas aux écouvillons destinés à réaliser ceux-ci, rapporte jeudi la VRT.... Là ça devient de l’incompétence...ils sont payés combien les décideurs .... le seul point où ils vont gagner c’est sur le nombre de pensions à payer!! honteux incompétent coronavirus COVIDー19 irresponsables je gère mon boulot comme vous j’ai mon C4 !!!! Y en a marre 😡😡😡 Bonjour, Notre ministre de la santé en possède 3.000.000 de FFP2 non conforme. Ils pourraient peut être servir?

Dans les cuisines de collectivité, les fourmis ouvrières abattent un travail colossalC’est un métier de l’ombre. De ceux qui bénéficient rarement de la lumière médiatique ou de la reconnaissance d’autrui. Pourtant, ces fourmis ouvrières ont un rôle essentiel, vital même : elles nourrissent les personnes malades, les aînés, les ...

Coronavirus : les kits de tests envoyés dans les maisons de repos comprenaient de mauvais manuelsLes kits de tests envoyés aux maisons de repos et de soins afin de tester aussi bien le personnel que les résidents comprenaient des modes d'emploi qui ne correspondaient pas aux écouvillons destinés à réaliser ceux-ci, rapporte jeudi la VRT.... Ben tiens. On n’est plus à ça près. Sauf pour les concernés direct, nos aînés. Que fait la police? Décidément , 😲 Que disait le Financial Times de la 'gestion' de la crise ?