Mons, Mons2015, Arne Quinze

Mons, Mons2015

2020, c'est cette année que sera retiré le 'Passenger II' d'Arne Quinze à Mons

23-01-20 20:24:00

2020, c'est cette année que sera retiré le 'Passenger II' d' Arne Quinze à Mons

2020. Nous y sommes et la décision est confirmée : cet été,"The Passenger II" sera démonté. Pourquoi l’œuvre doit-elle être éphémère ? Comment se déroulera son démontage ? Comment les Montois imaginent-ils leur centre-ville sans ce qu’ils surnomment"le mikado"? Pour répondre à la première question, nous nous sommes adressés à la Fondation Mons 2025, en charge du suivi des actions culturelles de Mons 2015 (Capitale culturelle européenne).

Bruxelles : le tunnel Léopold II devient le tunnel Annie Cordy 'Histoire belge', 'ridicule', pas assez néerlandophone : les premières critiques sur le futur tunnel Annie Cordy et les réponses Bruxelles : des patrouilles de police contre le sexisme et du harcèlement de rue

Le vide laissé par l’œuvre, c’est encore l’œuvre Caroline Kadziola, secrétaire générale de la Fondation Mons 2025 a suivi toute la saga et toutes mésaventures connues par le dossier"Passenger". En 2014, à la veille des festivités de l’année culturelle européenne, l’œuvre d’Arne Quinze avait valeur d’avant-goût de l’événement. Dans la rue de Nimy, les curieux venaient déjà photographier l’artiste flamand et son équipe en plein travail de construction. L’assemblage de milliers de planches, en arche au-dessus de la Rue de Nimy, créait un lien aérien entre l’église Sainte-Elizabeth, le Palais de justice et le bâtiment du Parquet. Les critiques s’entendaient aussi au pied de l’édifice de planches : pendant que certains criaient au génie d’autres criaient au scandale, trouvant l’œuvre trop grande, dangereuse et surtout trop chère. Son coût était évalué à 400.000 euros. Mais le 24 décembre, moins d’un mois après son inauguration, le Passenger devint célèbre au-delà des murs de Mons dans la rubrique faits divers. L’édifice s’était effondré sur la chaussée, faisant de ce réveillon de Noël le jour le plus noir de l’artiste. Sous le feu des critiques, Arne Quinze s’engagea à reconstruire à ses frais. La Ville de Mons lui imposa un sévère contrôle de stabilité de la structure et le Passenger II fut rebâti au même endroit dix mois plus tard, dans une forme un peu différente. La durée de vie restait la même : un démontage était programmé cinq ans plus tard. Pourquoi cette volonté de retirer de l’espace urbain une œuvre aussi massive ?"Tout d’abord parce que le bois utilisé n’a pas une durée de vie très longue, on aurait pu la prolonger de quelques mois mais ça n’a pas vraiment de raison d’être" explique Caroline Kadziola."Et l’artiste estime que le vide que l’œuvre crée une fois qu’on l’a enlevée fait partie de sa démarche artistique.

Auriez-vous voulu qu’elle subsiste ?"Oui, je vous avoue, pour ne rien vous cacher qu’on en a discuté parce que c’est vrai qu’on s’est habitué à cette œuvre, ça change le regard qu’on pose sur la ville, mais je pense que c’est sain de passer à autre chose, de tourner la page". headtopics.com

Sous le Passenger, les passants Prolonger la durée de vie de l’œuvre d’Arne Quinze, certains habitants du quartier le souhaiteraient. Derrière le comptoir de la pâtisserie voisine, une vendeuse trouve l’installation"charmante" même si"elle perd un peu de sa couleur", la jeune femme apprécie aussi son pouvoir d’attraction sur le public :"ça amène beaucoup de touristes et de la clientèle, beaucoup de personnes viennent la photographier". Bertrand Maesen, pharmacien, c’est lui aussi attaché à cet élément de son décor quotidien :"ça fait quatre ans et demi que de mon comptoir j’aperçois la structure d’Arne Quinze, j’aurais bien aimé qu’elle soit prolongée parce que ça amène un peu de vie et de mouvement, des curieux et c’est bon pour ce quartier de la ville". Des touristes, nous en rencontrons justement deux en train de photographier les planches multicolores, ils sont Parisiens :"ça s’insère très bien dans l’environnement, j’aime beaucoup la couleur, moi je trouve ça très très beau" nous dit la dame. Et le jeune homme qui l’accompagne d’ajouter :"je trouve dommage qu’on va l’enlever parce que d’un point de vue structure c’est magnifique et ça habille vraiment bien l’endroit où elle est placée". Pour Olga Novak, photographe montoise, il est temps de faire des photos avant le démontage. Elle se souvient avoir lu une information concernant une œuvre d’Arne Quinze construite à Rouen en 2010 :"sur un pont de Rouen, Arne Quinze avait fait une installation et également une partie de la population n’était pas pour cette installation mais quand elle a disparu, tout le monde trouvait que ça créait un vide et là j’ai l’impression que ça va faire un vide". Pour la petite histoire, notons qu’à Rouen, la structure n’était restée en place que deux mois…

Cela dit le Passenger II n’a pas que des admirateurs. Certains sont contents de savoir que l’œuvre va bientôt disparaître :"je travaille dans le bâtiment du Parquet, ce que j’en pense ? Rien, c’est laid, il est temps que ça parte. Et quand on pense à ce que ça a coûté…"

Démontage avant le 15 août La date du démontage de l’œuvre n’est pas encore connue avec précision mais on sait que cela se passera cet été et impérativement avant le 15 août. La Ville a prévu des activités festives à cette date et la rue doit être accessible. Pour retirer les 30.000 planches, il ne faudrait qu’une semaine de travaux. Le bois sera repris par la société d’Arne Quinze qui a sa propre filière de recyclage. La rue retrouvera son aspect d’autrefois et les arbres de l’esplanade du palais de justice retrouveront espace et lumière pour se déployer. Resteront les photos et les souvenirs des Montois qui raconteront :"ici un artiste flamand avait autrefois installé un enchevêtrement de milliers de planches sous lesquelles on se donnait parfois rendez-vous" .

Newsletter info Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité. Lire la suite: RTBF info »

Oh ! Une belle oeuvre qui animait le cette partie de rue bien sévère ...) Palais de Justice !). Dommage. Pourquoi l'enlever, y'a déjà rien à voir à Mons et on enlève des choses Oh je l'aime bien moi le mikado. Ca fait un petit abri pour la pluie, ça rend bien sûr les photos et puis il y a pas mal de touristes qui viennent le voir.

Han mais je pensais que ce' chef d'oeuvre' s'était écroulé.....? faut quant même être un peu crétin pour avoir laissé faire cette connerie ... ils en pensent quoi les verts ? Waouhh, un feu d’enfer Ah bein voilà des planches pour terminer la gare de Mons ! sncb infrabel Je pleure.

Boeing croit toujours au MAX et espère reprendre la production avant la mi-2020David Calhoun, le directeur général de Boeing, a écarté mercredi un possible abandon du 737 MAX et indiqué que la production de cet avion, cloué au sol... Personnes n'osera monter à bord

AB InBev : accord entre syndicats et direction sur une CCT 2020-2021Après des mois de tensions sociales, qui ont donné lieu à des mouvements de grève et même aux blocages des sites de Louvain, Jupille et Hoegaarden début décembre, les syndicats et la direction d'AB InBev sont finalement parvenus à un accord sur une... Santé !

Wielergids 2020 in de winkelVanaf donderdag ligt de nieuwe Wielergids van Sport/Voetbalmagazine in de winkel.

Le décès du Sultan provoque l’annulation du Tour d’Oman 2020Le Tour d’Oman 2020 n’aura pas lieu. Après le décès du Sultan Qabous ibn Saïd, le 10 janvier dernier, les autorités omanies ont décrété un deuil national de quarante jours.

Le Boeing 737 MAX ne volera pas avant la mi-2020Les 737 MAX sont cloués au sol depuis plus de dix mois après deux accidents rapprochés ayant fait 346 morts.